Fréquence de publication : la loi du "moins c'est plus"

Étiquettes : , ,

Quelle fréquence de publication adopter sur le web ? Et si publier moins pour gagner plus était possible ? Pistes de réflexion et stratégie.

Oui, il est vraiment possible de générer plus de trafic avec une moindre fréquence de publication de contenu. Surtout si l’on s’inscrit dans une stratégie d’économie de l’attention. C’est l’expérience qu’a menée Brian Dean de l’agence de formation en SEO Backlinko. Au cours des cinq dernières années, il a décidé de publier moins d’un post par mois. Ses résultats laissent rêveur : pour chaque post, une moyenne de 2 490 conversions, et 275 liens entrants à partir de domaines uniques. La preuve qu’une approche less is more fonctionne. Comprenez moins c’est plus, avec la vraie question qui est : avez-vous quelque chose de valable à dire ?

Fréquence de publication : en faire moins pour gagner plus ?

Pour rivaliser dans un monde de surcharge cognitive de contenu, de nombreux éditeurs web ont adopté une stratégie de publication à haute fréquence. Si l’augmentation de contenu peut effectivement augmenter le trafic et les prospects, il existe cependant au moins une limite logique à ce modèle de l’intensivité à tout prix : notre capacité à créer continuellement du contenu de qualité.

L’approche alternative, c’est de privilégier la qualité sur la quantité, en évitant d’aboutir au point de rendement décroissant. Comment ? En adoptant une fréquence de publication moins intensive, mais avec des contenus originaux, approfondis, documentés et de référence qui améliorent votre indice d’autorité et les retours de votre stratégie e-réputation.

Il existe une limite logique à une stratégie à haute fréquence de publication : notre capacité à créer continuellement du contenu de qualité.

Soit des contenus qui vont à l’essentiel, mais pas forcément par le chemin le plus court… Car quand on pense moins c’est plus, on pense à tord loi du moindre effort. C’est en réalité tout l’inverse : la création de contenu à haute valeur ajoutée une fois par mois peut prendre beaucoup plus de temps que l’écriture de trois courts billets de blog par semaine.

3 types de contenu pour réduire sa fréquence de publication

Un contenu expert

Pour créer du contenu précieux pour votre public cible, vous devez avoir quelque chose d’unique et de valable à dire. Cela signifie donc que vous devez être un expert dans votre domaine, à travers la recherche, la lecture et la réflexion. Et pour cela, vous allez devoir partager cette expertise en investissant un temps considérable dans l’élaboration de contenus longs et riches, détaillés et originaux. C’est précisément cette combinaison d’expertise et d’investissement qui rend votre contenu pertinent.

Un contenu exhaustif

Autre caractéristique pour produire un contenu de haute qualité à moindre fréquence de publication, c’est la recherche de l’exhaustivité par un important travail de curation d’informations : « liste complète » , « guide définitif » ou « 100+ techniques » comptent parmi les intitulés d’articles les plus frappants et porteurs en termes d’autorité et de réputation.

Un contenu inédit

Pour créer le même niveau d’impact avec une plus faible fréquence de publication, il faut absolument créer un contenu original, qu’on ne trouve nulle part ailleurs. Le contenu hôte inédit, par excellence, c’est évidemment l’étude de cas. Par définition, elle n’appartient qu’à vous et peut en dire long sur votre valeur ajoutée, votre capacité de résolution de problèmes et votre expertise.

2 quick-wins moins c’est plus

Recycler, mettre à jour

Vous avez un contenu de qualité, mais qui commence à dater ? Mettez-le à jour de manière pertinente, avec un nouvel éclairage. Recapitalisez sur votre stratégie du moins c’est plus en ciblez vos posts les plus populaires, vos essentiels. C’est le bon vieux principe du lean marketing et de la récupération de contenu. Et là, vous pouvez clairement récupérer sur l’effort fourni à la production.

Pratiquer le repromoting

Ce principe est le petit frère du précédent. Il s’agit toujours de faire coup double sur des contenus qui marchent. C’est-à-dire, des contenus qui vous apportent du trafic, de l’engagement ou de la conversion. Après un petit coup d’œil sur vos statistiques, identifiez les contenus porteurs. Remettez-les dans la boucle de vos actions de promotion et vos campagnes sur les réseaux sociaux.

 

Et vous, que pensez-vous de cette stratégie de contenu alternative ? Vous êtes prêt à essayer le moins c’est plus et à réduire votre fréquence de publication ?

 

Source : The ‘Less Is More’ Content Strategy, Steve Rayson.


Devenez chroniqueur

Vous souhaitez devenir chroniqueur ou nous soumettre un article? Rien de plus simple.

Ça m'intéresse

#EPW sur Twitter

#EPW sur Facebook

À propos

Votre blog Écrire pour le web en chiffres
  • Plus de 25.000 sessions par mois
  • Plus de 35.000 pages vue chaque mois
  • 1500 abonnés à la newsletter
  • Créé en 2006
  • 1e position dans Google sur des expressions métier
En savoir plus