Partager des salles de réunion en les mettant en location, c'est ça l'économie collaborative!

Étiquettes : , ,

L’économie collaborative a encore de beaux jours devant elle. De plus en plus de secteurs y passent. Découvrez-les!

La société Wearethewords propose même de partager sa salle de réunion, en la mettant en location. De quoi rentabiliser les espaces inoccupés jusqu’au bout!

L’économie collaborative, c’est le nouveau mode de consommation 2.0. On partage avec une communauté les frais mais aussi les bénéfices d’un achat. Du coup, on optimise l’utilisation de ces biens tout en limitant le gaspillage et la surconsommation.

Révolutionnaire? Pas tant que ça… Si ça se trouve, l’économie collaborative, vous la pratiquez sans même vous en rendre compte!

L’économie collaborative sur tous les fronts

Nouveau mode de consommation, l’économie collaborative gagne de plus en plus de terrain. Tous les secteurs s’y mettent, même ceux auxquels on n’aurait jamais pensé…

Par exemple, La société Wearethewords propose même de partager sa salle de réunion, en la mettant en location. De quoi rentabiliser les espaces inoccupés jusqu’au bout!

Parmi plus de 300 plateformes présentes sur le web, on retrouve essentiellement 5 secteurs majeurs d’économie collaborative:

  • Le déplacement: le plus évident et peut-être le plus ancien, le covoiturage et les voitures partagées ont vite converti les usagers.
  • La nourriture: l’émergence de plateformes pour acheter communément les vivres en atteste, avec par exemple « la ruche qui dit oui » ou les sites qui proposent de cuisiner pour ses voisins.
  • Le logement: on ne présente plus les sites comme AirBnb… Mais les espaces de coworking rentrent également dans cette catégorie.
  • L’équipement: pour se prêter des équipements entre voisins: besoin d’une foreuse, d’un gaufrier? C’est sur Allovoinsins ou pumpipumpe que ça se passe!
  • La Culture et les loisirs: des habitants locaux, des particuliers ou des passionnés vous font découvrir la culture autrement sur bubble-globe ou greeters.
Le Peer to peer n’est pas en reste: musiques, films, programmes informatiques (légal bien sûr)… et tous les sites de seconde main entre particuliers ou les petits créateurs qui vendent des éditions limitées aux particuliers … Un bel exemple, celui de la place de marché Ellesfontduvélo qui propose des articles originaux, inédits et exclusifs pour rouler à vélo.

Dans économie collaborative, il y a…

  • Économie : il s’agit ici de revoir notre manière de consommer, de vendre et d’acheter. On échange, on réemploie, on revend
  • Collaborative: pour échanger, il faut des acteurs. On compte donc sur ses pairs pour ensemble rendre possible cette collaboration.
  • Et le tout… s’articule autour d’une communauté et d’un lien social. Et c’est ce qui fait le succès de l’économie collaborative: c’est la création d’interactions pour que la relation devienne plus importante que la transaction financière.

Pour partager une voiture, mettre son appartement à disposition ou échanger des vêtements avec des inconnus, il faut avoir confiance. Et la confiance se construit et se base sur des relations humaines, bien avant celle monétaire.

L’économie collaborative possible grâce au web

Ce qui marque réellement l’avantage de ces plateformes collaboratives, c’est son support: le web. Il permet l’instantanéité, un réseautage large et surtout des coûts très faibles.

Les entreprises actrices de l’économie collaborative n’ont que très peu de dépenses: pas d’employé à rémunérer, pas de stockage d’articles… Seulement quelques coûts techniques et de maintenance de leur plateforme.

Même s’il est vrai que la législation est un peu en retard et doit encore s’adapter, les résultats ne trompent pas. Avec un chiffre d’affaires annuel de 20 millions d’euros (en 2014 en France), on ne peut qu’être convaincu que l’économie collaborative est sur la pente ascendante!

Et vous, vous êtes un acteur de l’économie collaborative? Montrez-nous!


Devenez chroniqueur

Vous souhaitez devenir chroniqueur ou nous soumettre un article? Rien de plus simple.

Ça m'intéresse

#EPW sur Twitter

#EPW sur Facebook

À propos

Votre blog Écrire pour le web en chiffres
  • Plus de 25.000 sessions par mois
  • Plus de 35.000 pages vue chaque mois
  • 1500 abonnés à la newsletter
  • Créé en 2006
  • 1e position dans Google sur des expressions métier
En savoir plus