50 nuances de titres

On vous propose de faire un petit inventaire des différents genres de titres qui marchent pour vos contenus Web. C’est quoi un titre qui marche? La réponse est dans l’article.

Il existe deux grandes catégories de titres :

  • Les titres directs
  • Les titres indirects

Les titres directs

Ex. : Tout savoir sur l’écriture pour le Web

Leur sens est littéral. Ils ne font pas de mystère. Ne cherchent pas la ruse ni le jeu de mot. Ils vont droit au but.

Les titres indirects

Ex. : En mal d’appât ? Notre méthode vous convaincra.

Ils exploitent une voie « oblique ». Titillent la curiosité du lecteur. Posent une question auquel le contenu qui suit donne la réponse (cette règle élémentaire est encore souvent négligée). Jouent souvent sur un double sens.

Dans ces deux catégories, on distingue des sous-catégories, telles que:

  • Les titres impératifs
  • Les titres « à la une »
  • Les titres sous forme de question
  • Les titres « Comment… »
  • Les titres « X bonnes raisons de »
  • Les titres « témoignage »

Les titres impératifs

Ex. : Mettez de l’ordre dans vos titres !

On se souvient des pub Vitel « Buvez, éliminez » … Dans vos titres impératifs, le premier mot sera généralement un verbe qui encourage l’utilisateur à agir…

Les titres « à la une »

Ex. : « Une interview exclusive de Jakob Nielsen… »

Les titres à la une ont le chic de faire choc, en général. Pour autant qu’ils se réfèrent effectivement à un fait actuel ; qu’ils portent sur l’annonce d’un événement, un lancement de produit, un changement de stratégie, … bref un sujet d’actualité.

Ou qu’ils soient circonstanciels. Et se rapportent littéralement au contenu de la page, de la rubrique ou du site Web en question.

Les titres sous forme de question

Ex. : De quel genre, votre titre ?

Ces titres ne sont efficaces que s’ils sont « empathiques« . C’est-à-dire qu’ils posent les questions que se posent les utilisateurs et dont ils cherchent, précisément, la réponse.

Les titres « Comment… »

Ex. : Comment écrire de bons titres ?

Parmi les titres-questions, ceux-ci fonctionnent très bien. Et sur le support papier aussi d’ailleurs. Un confrère copywriter disait toujours qu’un titre commençant par « Comment… » n’est jamais un mauvais titre.

Les titres « x bonnes raisons de… »

Ex. : Cinq bonnes raisons de soigner vos titres

Autre modèle très efficace, les titres « x raisons de… » annoncent un contenu clair, généralement présenté sous la forme d’une énumération de conseils ou de caractéristiques.

Ces titres ne demandent même pas de justification : inutile donc de titrer « cinq bonnes raisons qui démontrent pourquoi il est important de soigner vos titres ».

Les titres « Témoignages »

Ex. : Ils ont testé la méthode Ecrire pour le Web

Ces titres ont l’avantage, en moins de dix mots, de présenter un article, de sous-entendre que cet article est qualitatif et d’en donner la preuve à travers le témoignage d’un utilisateur. Et cela, ça rassure vos lecteurs.

On veillera à ne pas oublier de fournir une ou deux citations dans le contenu qui suit vos titres-témoignage, pour authentifier votre intention.

Ex. : « Je lis Ecrire pour le Web tous les jours depuis deux mois. Désormais, quand je mets à jour notre page d’actualité, je perds beaucoup moins de temps, je suis plus sûr de moi ».

Alors, convaincus ?


Commentaires

  1. Que de bons titres!!
    Excellents outils, utile classification!
    Irai revoir ma copie en fonction…
    Au fait, tu as vu ? j’ai un nouveau site canimôme…
    Bisous

  2. Xtophe dit :

    Article clair et conci. Très instructif.
    Merci

  3. Baptiste dit :

    Quand je disais que tu mettais plusieurs titres dans tes billets… Je pensais pas que tu me prendrais au mot.

  4. @ Baptise : Salut Baptiste. Comment va depuis Blog en Nord ? On dirait que tu fais une idée fixe sur mes titres ? Mais ne confondrais-tu pas titres et sous-titres ? Par ailleurs, si je disposais de cette fonctionnalité bien pratique que sont les points d’ancrage, tu verrais toute l’uti(lisabi)lité de fournir plusieurs (sous-) titres 😉

  5. Baptiste dit :

    Oui je sais, on fait de l’ancrage aussi à la fac, mais mon blog à moi c’est pas pareil, les articles sont tout petits la plupart du temps et même dans le cas contraire, tu peux pas lire la fin si t’as pas lu le début, sinon tu comprends rien.

  6. Personnelllment, j’utilise la classification suivante (assez proche de la vôtre.)
    Un bon titre doit (au choix):
    Interroger
    informer
    interpeller
    expliquer
    citer
    témoigner
    conseiller
    imposer
    promettre
    « teaser » (éveiller la curiosité, ce qui suppose qu’il faut travailler en 2, voire 3 étapes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Devenez chroniqueur

Vous souhaitez devenir chroniqueur ou nous soumettre un article? Rien de plus simple.

Ça m'intéresse

#EPW sur Twitter

#EPW sur Facebook

À propos

Votre blog Écrire pour le web en chiffres
  • Près de 25.000 sessions par mois
  • Plus de 35.000 pages vue chaque mois
  • 1500 abonnés à la newsletter
  • Créé en 2006
  • 1e position dans Google sur des expressions métier
En savoir plus