Étiquettes : , ,

« Typekit is down ». Pendant plusieurs heures ce lundi 10 août, les webmasters ont retenu leur souffle. Faut-il remettre en cause les services de web fonts?

Si choisir la bonne typographie est un point crucial de tout projet graphique et de web design, choisir le bon service d’intégration l’est tout autant côté développeur. Aujourd’hui, les services de web fonts Typekit et Google se partagent les parts du gâteau. À tort ou à raison?

Plantage de Typekit: un signe du destin?

À presqu’une heure du matin, heure du Pacifique, ce lundi 10 août, Adobe Typekit signale des perturbations sur son serveur de polices. Le système sera rétabli trois heures plus tard au grand soulagement des webmasters qui ont vu parfois leur site totalement défiguré.

Voire extrêmement ralenti pour ceux qui n’avaient pas fait la mise à jour du code incorporé standard de Typekit lancée le 4 août dernier permettant un chargement asynchrone des fonts et minimisant l’impact négatif sur la performance.

Ce plantage est-il un signe? Faut-il changer son fusil d’épaule en matière d’intégration de fonts sur le web, ou plutôt sa police de serveur?

Typekit vs Google Web Fonts: pour le meilleur et pour le pire?

Typekit fait partie de la suite Creative Cloud d’Adobe, bien que les développeurs peuvent acheter l’utilisation autonome des polices. Une solution tout à fait séduisante pour les typographes web exigeants: les fonts sont d’une très grande qualité et la bibliothèque très vaste. Sur des projets cross media, le système se synchronise automatiquement avec l’ensemble des produits de la suite créative.

Par contre, pour les non-utilisateurs d’Adobe, Typekit peut s’avérer coûteux d’autant qu’il subsiste encore certains problèmes de compatibilité avec d’anciens navigateurs.

Google Web Fonts a un peu les avantages des inconvénients de Typekit et vice versa. Entièrement libre et gratuit, le service est facile à utiliser et implémenter, propose une grande compatibilité et un temps de chargement rapide.

Par contre, certaines polices open source ont de sérieux problèmes de qualité et la bibliothèque peut s’avérer limitée pour certains projets.

Choisir entre Typekit et Google Web Fonts dépend principalement de votre projet. Mais le récent plantage de Typekit soulève une autre question: celle du recours même aux services de web fonts.

Peut-on se passer des services de web fonts?

Choisir entre Typekit et Google Web Fonts dépend principalement de votre projet et de votre niveau d’aisance avec l’une ou l’autre de ces solutions. Mais le récent plantage de Typekit soulève une autre question: celle du recours même aux services de web fonts.

La vitesse d’affichage est la préoccupation majeure. La plupart du temps, le chargement de la police est à peine perceptible sur une page web. Un service comme Typekit proclame une disponibilité de 99% mais – comme ses utilisateurs viennent d’en faire la fâcheuse expérience – vous êtes tout de même à la merci de serveurs de polices qui ne vous appartiennent pas. Heureusement pour tous les « control freak », il existe des alternatives…

À découvrir mardi prochain!


Devenez chroniqueur

Vous souhaitez devenir chroniqueur ou nous soumettre un article? Rien de plus simple.

Ça m'intéresse

#EPW sur Twitter

#EPW sur Facebook

À propos

Votre blog Écrire pour le web en chiffres
  • Plus de 25.000 sessions par mois
  • Plus de 35.000 pages vue chaque mois
  • 1500 abonnés à la newsletter
  • Créé en 2006
  • 1e position dans Google sur des expressions métier
En savoir plus