De la digitalisation des grandes entreprises

La digitalisation des grandes entreprises est un défi souvent difficile à relever. Petit tour d’horizon du phénomène!

La plupart des grandes marques sont là depuis longtemps. Elles ont bâti leur succès souvent sans utiliser le digital. Mais quid des nouveaux entrants, qui bouleversent souvent les règles établies, souvent grâce à de nouvelles technologies, et se développent à toute vitesse? Pour leur faire face dans cette nouvelle guerre des Anciens et des Modernes, la digitalisation des grandes entreprises devient une nécessité.

La digitalisation des grandes entreprises, un défi nécessaire

Les grandes marques doivent en effet affronter des concurrents vieux de quelques années seulement, mais qui sont déjà plus valorisés qu’un groupe parfois centenaire. Airbnb, en 6 ans d’existence, a ainsi une valorisation supérieure à celle d’Accor!

Mais faire évoluer des structures de milliers de personnes n’est pas chose aisée. Les nouveaux process et comportements se heurtent aux anciens, et il est difficile de savoir quel modèle adopter tant celui-ci est spécifique à l’entreprise, son marché, et sa cible.

Comment digitaliser une grande entreprise?

Pour évoluer, il faut d’abord savoir d’où on part, c’est-à-dire évaluer la maturité numérique de l’entreprise. Dans le livre « Transformation digitale: 5 leviers pour l’entreprise », David Fayon et Michaël Tartar proposent 5 leviers sur lesquels baser et mesurer sa progression:

  • L’organisation de l’entreprise (sa gouvernance, ses indicateur clé de performance…)
  • La technologie et l’innovation
  • Les collaborateurs
  • Les produits et services (ainsi que leur production et distribution…)
  • L’environnement de l’entreprise (réputation, ecosystème…)

Concrètement, que font les entreprises?

Plusieurs pratiques sortent du lot:

Les nouveaux process et comportements se heurtent aux anciens, et il est difficile de savoir quel modèle adopter tant celui-ci est spécifique à l’entreprise, son marché, et sa cible.

  • Les Réseaux sociaux d’entreprises permettent d’horizontaliser la structure hiérarchique et de familiariser les équipes au travail en réseau – ce qui fournit une solide base au processus de digitalisation de l’entreprise.
  • Considérer la digitalisation comme une activité à part entière, avec des responsables dédiés: la présence d’un Chief Digital Officer (CDO) peut ainsi être cruciale pour mener une digitalisation d’envergure.
  • La division en plusieurs filiales et la présence à l’international sont de puissants moteurs de la digitalisation: elles bénéficient grandement de processus de communication et de reporting modernisés, et des filiales spécialisées sont également plus flexibles pour tester de nouveaux process.
  • Le reverse mentoring, enfin, consiste à faire mentorer les managers par des digital natives: cela permet non seulement d’éduquer le management au digital, mais aussi d’améliorer les échanges entre services en aplanissant la hiérarchie.

Mais y’a-t-il une recette miracle? Non. Il y a autant de manières de se digitaliser qu’il y a d’entreprises. Et surtout, ce n’est pas un processus stable: le grand défi de la digitalisation, c’est de savoir évoluer en même temps que le reste du marché. Adopter la digitalisation, c’est s’engager dans un marathon au rythme effréné, où toute l’entreprise doit savoir se remettre en question et  s’adapter à la nouveauté. Mais n’est-ce pas bien plus intéressant qu’un monde où rien ne change?

Avez-vous déjà été impliqués dans un processus de digitalisation d’entreprise? Partagez vos expériences dans les commentaires!

Vous cherchez à en savoir plus en stratégie de contenu et Inbound Marketing? Jetez un oeil à nos formations!


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez chroniqueur

Vous souhaitez devenir chroniqueur ou nous soumettre un article? Rien de plus simple.

Ça m'intéresse

#EPW sur Twitter

#EPW sur Facebook

À propos

Votre blog Écrire pour le web en chiffres
  • Plus de 25.000 sessions par mois
  • Plus de 35.000 pages vue chaque mois
  • 1500 abonnés à la newsletter
  • Créé en 2006
  • 1e position dans Google sur des expressions métier
En savoir plus