5 conseils pour déconnecter d'internet

Étiquettes : ,

Se déconnecter d’Internet une heure, un jour, une semaine pour échapper à l’hyperconnectivité et ses inconvénients. Déjà testé?

Le sabbat numérique (digital sabbath en anglais) deviendrait presque une mode, une expérience à vivre une fois au moins dans sa vie.

L’idée est de débrancher un moment de l’Internet, des e-mails, de son compte Twitter ou Facebook. Histoire de retrouver le goût des choses, le goût des autres aussi.

Même Randi Zuckerberg, la soeur de Mark, et accessoirement directrice marketing de Facebook encourage les gens à faire une pause de temps en temps

Ni pour ni contre le fait de déconnecter d’Internet, bien au contraire…

Penseurs et auteurs n’hésitent pas, depuis quelques mois, à inviter à la diète, au sevrage digital.

Plus prosaïquement, les magazines féminins n’y coupent pas, qui promettent à leurs lectrices de leur apprendre à déconnecter d’Internet. D’autres, comme ce journaliste, valeureux sportif en plein trek d’une année en vélo à voile, en font des voeux de fin d’année, souhaitant à ses lecteurs de déconnecter d’Internet en 2014.

Même Randi Zuckerberg, la soeur de Mark, et accessoirement directrice marketing de Facebook encourage les gens à faire une pause de temps en temps… De manière assez paradoxale, d’ailleurs, le hashtag #unplug connaît un vrai succès sur Facebook et Twitter.

Et puis il y a ces journaux, comme The Guardian, qui vous découragent totalement de tenter même, de caresser l’idée de déconnecter d’Internet, prétextant un déni, un mensonge, un fantasme, un échec assuré…

Déconnecter d’Internet? Méthodo pour vous, les accro

Vous êtes toujours en ligne? Et vous continuez de lire cet article? Ok, dans ce cas, je vais devoir frapper plus fort puisque les avis des autres vous laissent indifférents. Je vais vous dire, carrément, comment déconnecter d’Internet. Simplement.

  1. (Ré)Apprenez à ne faire qu’une seule chose à la fois. En d’autres mots, arrêtez de cliquer sur les hyperliens auxquels renvoie mon article: lisez plutôt la suite;
  2. Demain, ouvrez votre navigateur Internet le plus tard possible en allumant votre ordinateur, et désactivez vos notifications push sur votre ordinateur, votre tablette et votre smartphone;
  3. Imposez-vous des moments, à heure fixe, pour consulter vos e-mails  et vos réseaux sociaux, et vos flux d’info;
  4. Éteignez votre smartphone, votre ordinateur, votre tablette au moins 1 heure avant le coucher. Et ne consultez vos e-mails et flux qu’une heure après le lever.
  5. Demandez à vos amis quel petit livre court, intéressant, censé ils ont lu récemment. Et offrez-le vous, comme un pèlerinage.

Alors, pour ou contre le sabbat numérique? Je clôture en citant Laurie Penny, auteur de cet article de The Guardian:

Autrefois, les gens croyaient que l’imprimerie était malfaisante parce que les livres détournaient les femmes de leur travail et permettaient aux laïcs ordinaires de lire ce qu’il y avait vraiment d’écrit dans la Bible. Les technologies de la communication ne peuvent pas “corrompre votre âme”, pas plus qu’y renoncer n’assure son salut. Et il en va de même pour Internet.

Il serait mal échu du reste que je vous recommande un sevrage, moi qui vous écris un jour férié.


Commentaires

  1. Hélène dit :

    Le mieux s’est d’aller dans un endroit où il n’y a pas Internet (ou presque). Ne pas oublier un bon bouquin dans la valise, le smartphone juste pour envoyer un sms à nos proches pour leur dire « je suis encore en vie » et rien d’autre comme mécanique numérique. J’ai fait le test aux dernières vacances de noël à plus de 2000m d’altitude, ça fonctionne ! Même si dans les restaurants et les cafés il y a toujours Internet, au bout de 2 ou 3 jours on se détend, on ne ressent plus de besoin de savoir ce qui se passe et on n’a plus envie de revenir. A faire et refaire pour se détendre de temps en temps 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez chroniqueur

Vous souhaitez devenir chroniqueur ou nous soumettre un article? Rien de plus simple.

Ça m'intéresse

#EPW sur Twitter

#EPW sur Facebook

À propos

Votre blog Écrire pour le web en chiffres
  • Plus de 25.000 sessions par mois
  • Plus de 35.000 pages vue chaque mois
  • 1500 abonnés à la newsletter
  • Créé en 2006
  • 1e position dans Google sur des expressions métier
En savoir plus