Étiquettes : , ,

Facebook vient de dévoiler ses nouvelles règles de confidentialité pour les ados (13-17 ans). Objectif : mieux protéger les mineurs.

En théorie, Facebook est interdit aux moins de 13 ans. En pratique, on sait qu’il n’en est rien.
Le premier réseau social mondial (1,2 milliard d’utilisateur ) vient de décider de modifier les paramètres de publication et de visibilité des 13-17 ans sur son réseau social. Objectif: une meilleure protection des mineurs.

Les amis des amis: c’est fini!

« Les ados de 13-17 ans qui ouvrent un compte Facebook se verront désormais proposer un paramétrage limité à une audience amis par défaut. Il s’agit donc d’une audience plus restrictive puisqu’ auparavant le partage par défaut était proposé aux amis d’amis », indique Facebook dans un communiqué.

Par cette décision, Facebook plaide pour une meilleure protection des mineurs sur son réseau social.
Les ados sont en effet largement installés sur Facebook. Ils partagent volontiers leurs informations, tout comme leur photo, bien plus que les autres utilisateurs du réseau social.

Plusieurs études ont été menées aux États-Unis. Un sondage mené auprès de 802 ados de 12 à 17 ans a révélé que 91% des personnes interrogées avaient déjà publié leur photo sur un réseau social.

Mieux protéger les ados, voici donc la noble cause prônée  par Facebook.

Publier en mode public: c’est permis!

Les ados font partie des utilisateurs les plus sensés des médias sociaux, et ils veulent être entendus!

Paradoxalement, Facebook autorise la tranche des ados de 13-17 ans à publier en mode public. Mais seulement après avoir validé une « étape de pédagogie renforcée » indique encore le réseau. Cette étape de pédagogie renforcée prend la forme d’ « une notification (pop-up) leur rappelant explicitement que leurs publications seront visibles par tous et leur précisant les implications de ce changement ».

« Mouais! » diront à juste titre de nombreux observateurs au vu de l’explication fournie par le réseau social.
Argument avancé par Facebook: il est essentiel de permettre cette liberté d’expression à ses (très) jeunes utilisateurs. « Les ados font partie des utilisateurs les plus sensés des médias sociaux, et ils veulent être entendus, que ce soit à propos d’engagement citoyen, d’activisme ou de leurs points de vue sur un nouveau film ».

En analysant un peu les choses, ce n’est pas au nom de la sainte liberté d’expression que Facebook prend cette position.
Facebook justifie sa position par l’existence de concurrents permettant aux ados de mettre en ligne des contenus accessibles au public. Des sites comme, Twitter ou ask.fm permettent déjà aux ados de publier des posts sans restrictions d’accès.

Ceci explique cela…


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez chroniqueur

Vous souhaitez devenir chroniqueur ou nous soumettre un article? Rien de plus simple.

Ça m'intéresse

#EPW sur Twitter

#EPW sur Facebook

À propos

Votre blog Écrire pour le web en chiffres
  • Plus de 25.000 sessions par mois
  • Plus de 35.000 pages vue chaque mois
  • 1500 abonnés à la newsletter
  • Créé en 2006
  • 1e position dans Google sur des expressions métier
En savoir plus