Étiquettes : , ,

Ce qui décourage les clients de s’ouvrir aux outils participatifs ? Le risque de ne pas plaire à tout le monde, le risque que tout le monde ne plaise pas, et que cela s’exprime…
Les blogueurs professionnels sont eux aussi confrontés à cette situation dans leur pratique. En effet, qui de nous n’a jamais été confronté à la crainte de choquer et de déplaire lorsqu’il (ou elle) ne pense pas comme « tout le monde » ou n’encense pas les sources pourtant plébiscitées par la – par une – majorité, …

Comment assumer ce qu’on pense tout en sachant qu’on risque de perdre de l’audience, sa popularité voire… sa place ?

Les brèves et articles annonçant la fermeture de tel blog d’enseignant ou de fonctionnaire sont fréquents sur le Web. Il suffit d’introduire « fermeture d’un blog » dans Google pour voir le nombre de résultats… Et pourtant… Pourtant nous conviendrons tous que les meilleurs articles sur le Web demeurent ceux qui font preuve d’une singularité de pensée, d’une parole visionnaire et originale, d’un point de vue bien trempé.

Rien de tel donc que d’y aller franco, de croire à ce que l’on dit (dès lors que ce que l’on dit peut être étayé par des arguments intelligents et cohérents, cela va de soi). Bref, il n’y a pas de quoi craindre la polémique ou la controverse. Souvent, c’est même elle qui fait avancer le schmillblick.

En résumé :

    • Exprimez votre opinion
    • Défendez clairement votre point de vue
    • Etayez vos arguments
    • Vérifiez-les si vous souhaitez qu’on vous apporte tout le crédit que vous méritez
    • Incitez vous-même à la discussion
    • Soyez ouvert aux arguments des autres
    • Partagez ces discussions avec tous

Et que cela ne vous empêche pas, si le coeur vous en dit, de placer une charte éditoriale sur votre site/blog pour les coriaces de l’invective inutile.

En savoir plus


Commentaires

  1. delcroix dit :

    100 % d’accord, y compris pour la charte éditoriale (une netiquette quoi 😉

  2. Ange dit :

    Comme le souligne Eric Delcroix, Néthique.org propose déjà une charte basique pour « responsabiliser » la production éditoriale sur un blog
    Après, c’est à chacun de faire ses choix en matière de contenu : les visiteurs qui resteront fidèles seront des visiteurs qualifiés.
    Tout à fait d’accord aussi sur le fait que l’expression d’une opinion, ou du moins un positionnement implicite, donnent un ton plus séduisant à un post. J’ai sensiblement augmenté ma fréquentation en allant plus loin que la pure information.
    Il faut donc ouvrir des pistes pour que les visiteurs soient incités à partager leur avis.

  3. br1o dit :

    Une chose à ne pas oublier lorsqu’on discute de la mise en place d’un blog pro ou assimilé c’est la dimension commerciale de la discussion redoutée qui n’est ni plus ni moins que la transcription à l’écrit de l’argumentaire pour défendre son produit.

    Sur mon blog, je n’ai pas de commentaires agressifs. Toutefois, le moindre commentaire un peu critique peut être mal vécu. S’habituer à réfléchir avant de répondre pour faire avancer le dialogue n’est pas toujours très facile, mais tellement enrichissant 😉

  4. Merci pour vos réactions. Je suis parfaitement d’accord qu’il faille responsabiliser la production éditoriale sur les blogs. Comme l’a constaté Ange, en appuyant mes propos : son public a augmenté dès lors qu’il a trouvé un certain point de vue sur une information.
    Br1o, je suis d’accord que la dimension commerciale a son sens dans l’éditorial d’un blog, mais manquent cruellement le regard, la part immédiate et visible de l’échange humain, le langage extra-corporel et toutes ces nuances qui nous permettent, en permanence, d’ajuster notre ton, notre abord, voire notre message.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Devenez chroniqueur

Vous souhaitez devenir chroniqueur ou nous soumettre un article? Rien de plus simple.

Ça m'intéresse

#EPW sur Twitter

#EPW sur Facebook

À propos

Votre blog Écrire pour le web en chiffres
  • Plus de 25.000 sessions par mois
  • Plus de 35.000 pages vue chaque mois
  • 1500 abonnés à la newsletter
  • Créé en 2006
  • 1e position dans Google sur des expressions métier
En savoir plus