Étiquettes : ,

Après l’alcool, la cigarette et la drogue, Internet est classifié comme « addiction ». En bref, certains ne savent plus décrocher de leur ordinateur.

La dépendance à Internet (également nommée cyberdépendance), est une réalité. En termes psychologiques, elle désigne un besoin excessif et obsessionnel d’utiliser un ordinateur qui finit par interférer sur la vie quotidienne.

Vive la vie virtuelle

De nombreuses personnes déçues par le quotidien de la vie réelle finissent pas se faire une nouvelle vie, bien plus exaltante, sur Internet.  Pour certains, la vie réelle n’est pas faite que de bonheur. Une vie professionnelle peu valorisante, une vie privée inexistante. Pas un regard, pas d’échange, pas de partage, pas d’amis… pas de vie. Mais sur Internet il en est tout autre. Il est possible d’exister, d’être valorisé, sans être jugé sur ses qualités physiques et intellectuelles. Sur les sites de rencontre,  les discussions peuvent durer des heures. Sans nécessairement chercher le grand amour. Facebook est par la définition la plate-forme de partage et d’échange. Le lieu idéal pour se créer une communauté d’amis. Internet est un lieu ou tout est possible selon les désirs des internautes

Et en fin de parcours c’est le clash. Une nouvelle maladie est née, la cyberdépendance.

Sur Internet, il est possible d’exister, d’être valorisé sans être jugé sur ses qualités physiques et intellectuelles.

La cyberdépendance en pratique

Trois heures du matin. Les yeux à peine ouverts, Nicolas se lève et se dirige vers son bureau. Pas de lumière, il ne faut pas réveiller le reste de la famille. Quelques manipulations, et voici l’ordinateur qui s’ouvre et l’écran qui apparaît. Page d’accueil sur différents sites communautaires, longues conversations sur le réseau planétaire de la communication sous forme de « Tchat ». Pourquoi ? Pour rien. Une visite sur le courrier électronique et un long surf sur différents sites : infos, généralistes, coquins. Jusque cinq heures du matin. Nicolas a 32 ans, il est englué dans la toile. Il a le comportement typique d’un cyberdépendant.

La dépendance à Internet (aussi appelée cyberdépendance), est un trouble psychologique entraînant un besoin irrésistible et obsessionnel d’utiliser Internet. On par le de dépendance à Internet quand les symptômes suivants apparaissent :

  • Le sentiment de bien-être et d’euphorie lors de l’utilisation d’Internet
  • L’incapacité à arrêter d’utiliser Internet
  • Le besoin d’augmenter de plus en plus le temps d’utilisation d’Internet
  • Le manque de temps pour la famille, les amis ou d’autres loisirs
  • Les problèmes d’assiduité ou de performance au travail ou à l’école
  • Les mensonges à la famille ou aux amis sur le temps consacré à Internet
  • La dépression ou l’irritabilité lorsque la personne est privée d’Internet

Les traitements contre la cyberdépendance

Comme la plupart des toxicomanies sans drogue, la dépendance au net est plus facile à traiter que les addictions à l’alcool ou à la drogue; en effet la toxicité de l’ordinateur est moins grave que celle de l’alcool ou de la cocaine. Le cyberdépendant doit passer par une thérapie faite par des spécialistes. Plusieurs unités médicales spécialisées en la matière ont  déjà vu le jour dans de nombreux pays européens.

L’expérience confirme que l’étape la plus importante du traitement passe par la reconnaissance de la dépendance. Ce principe, valable pour toutes les formes des conduites addictives, conserve la même valeur dans le cas de la cyberdépendance. Les spécialistes sont d’accord sur le fait que les cyberdépendants, chacun avec sa spécificité et sa personnalité, ont droit à un regard différent, à une approche thérapeutique adaptée au cas par cas.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez chroniqueur

Vous souhaitez devenir chroniqueur ou nous soumettre un article? Rien de plus simple.

Ça m'intéresse

#EPW sur Twitter

#EPW sur Facebook

À propos

Votre blog Écrire pour le web en chiffres
  • Plus de 25.000 sessions par mois
  • Plus de 35.000 pages vue chaque mois
  • 1500 abonnés à la newsletter
  • Créé en 2006
  • 1e position dans Google sur des expressions métier
En savoir plus