Étiquettes : ,

Louer une voiture peut devenir une véritable épreuve : les conditions du contrat, les couvertures assurées, les options nombreuses et sophistiquées qui font fortement grimper les prix de base, autant de critères à prendre en compte dans son choix… Comment les grands loueurs de voiture pallient-ils au manque d’interactivité immédiate sur le Web ?

Quelle est l’efficacité de leur module de réservation? Avis et Sixt au départ… Le premier pourrait avoir plus de puissance dans le moteur ! Et le second, plus d’options au tableau de bord.

NDLR : Cet article est paru dans le magazine Inside 109 du mois de mai. L’objectif de la présente rubrique est de mettre en évidence certaines faiblesses et certains points forts ponctuels d’une série de sites internet. Il ne s’agit en aucun cas d’une évaluation globale et définitive des sites web.

La page d’accueil de P&V

(prise d’écran effectuée le 6 avril 2009, cliquez dessus pour agrandir)

Appréciation d’ensemble :

Malgré la simplicité graphique de la page d’accueil, on déplore, après un premier balayage de la page, une navigation opaque, une bruyante littérature et un manque d’intuitivité. Il faudrait quelques élagages et une optimisation des labels et de la structure pour remplir l’apparent pari de simplicité du site Web de P&V.

1. Un bandeau d’identité discret.

2. Une navigation fonctionnelle incomplète.

3. Un menu de navigation perfectible.

4. Une promo et une actu bien en évidence.

5. Des incitants pas toujours très clairs.

6. Une segmentation des utilisateurs.

7. Beaucoup de littérature pour peu d’action.

8. Pas d’espace client, ni de fonction de recherche?

9. Un pavé « Contactez-nous » en plein centre de l’écran.

10. Une Newsletter à laquelle on ne peut s’inscrire dès la page d’accueil.

La page d’accueil de Touring Assurances

(prise d’écran effectuée le 6 avril 2009, cliquez dessus pour agrandir)

Appréciation d’ensemble :

Un outil pour calculer le coût de son assurance, 3 onglets aux labels super efficaces, 3 incitants à l’action bien distincts, une carte de la Belgique pour trouver son contact le plus proche, … Le site Web de Touring Assurances va à l’essentiel tout en répondant aux besoins des clients. En tout cas, l’assureur tient la promesse de son slogan : économie (de moyens), qualité (d’utilisation) et simplicité (des contenus).

1. Une maquette minimaliste, dont on sent vite le parti-pris : simplicité et économie.

2. Un bandeau d’identité clair malgré le double slogan (« Toujours en alerte » et « Economie, qualité et simplicité »).

3. Un pied de page utile mais graphiquement confus.

4. Une navigation principale simplissime et efficace.

5. Une grille confortable pour une information bien organisée.

6. Un outil de simulation en place d’honneur.

7. Des contenus axés utilisateur. Des labels simplissimes, des intitulés interactifs et « empathiques »…

8. 3 incitants à l’action simples et clairs.

9. Une page d’accueil optimisée pour le référencement : truffée de mots-clés, tous cliquables…

10. Des fonctionnalités manquantes?


Commentaires

  1. Avatar Philippe dit :

    Bonjour Muriel,

    Toutes critiques (positives ou négatives) ont le mérite de remettre en questions les interfaces et de les faire évoluer. En cela, GENIAL !

    Toutefois, je reste perplexe par rapport à ce face à face ! Et à d’autres aussi.

    En ce qui me concerne, l’analyse d’un Webdesign n’a de sens que si tu connais l’objectif ou les objectifs du site.

    « Beaucoup de littérature et peu d’action », comme tu le dis, peut avoir un sens, celui de diriger le visiteur vers une section spécifique tout en laissant les autres accessibles ou encore les raisons qui motivent (SEO par exemple) un footer foutoir. Privilégier Google (trafic entrant) au 0,7% de visiteurs qui en moyenne (tous footer analysés confondus) l’utilisent a pour moi du sens. Les « faiblesses » de l’interface sont parfois des forces à la vue des chiffres que révèlent les web analytics (WA).

    L’analyse des web analytics (KPI) est le seul baromètre confirmant les choix de l’architecture et du webdesign effectués. Les chiffres face à l’instinct 😉

    Il est certain que tu ne peux connaître les objectifs du site analysé (parfois les entreprises elles-mêmes l’ignorent, pour d’autres c’est top secret).

    Je suis pour cet exercice du face à face, je te propose simplement de rajouter en préambule ou comme élément supplémentaire à ta grille d’analyse : un ou plusieurs objectif(s) commun(s) que tu peux toi-même définir. Comparer une pomme avec une pomme sur base du même pépin ou calibre …

    Par contre, ce que j’apprécie avec cet exercice, c’est qu’il peut parfois faire réagir l’entreprise mentionnée et lui faire réaliser que les recommandations qui lui ont été faites à priori étaient à propos … Mais cela c’est un autre débat …

    Merci pour cette analyse (que je partage en partie ;-).

    Philippe

  2. Avatar Muriel Vandermeulen dit :

    @ Philippe. Bonjour Philippe, comment vas-tu? Long time no see 😉 Merci pour ton pertinent commentaire. Que j’approuve bien évidemment.

    Je devrais sans doute ajouter la mention qui paraît dans le magazine Inside au-dessus de la rubrique: « l’objectif de la présente rubrique est de mettre en évidence certaines faiblesses et certains points forts ponctuels d’une série de sites internet. Il ne s’agit en aucun cas d’une évaluation globale et définitive des sites web ».

    Du reste, dans mon intro, j’indique bien ce qui semble être les objectifs ou points communs entre les deux compagnies. Encore une fois, comme en témoignent les articles parus précédemment, ce n’est ici qu’un petit exercice illustré (et limité à la page d’accueil), et non un véritable audit comparatif, bien entendu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez chroniqueur

Vous souhaitez devenir chroniqueur ou nous soumettre un article? Rien de plus simple.

Ça m'intéresse

#EPW sur Twitter

#EPW sur Facebook

À propos

Votre blog Écrire pour le web en chiffres
  • Plus de 25.000 sessions par mois
  • Plus de 35.000 pages vue chaque mois
  • 1500 abonnés à la newsletter
  • Créé en 2006
  • 1e position dans Google sur des expressions métier
En savoir plus