Étiquettes : , , , ,

En stratégie de contenus Web, on modélise les contenus. Mais combien de signes appliquer aux titres, chapô ou paragraphes? Check-list.

La stratégie de contenus Web propose, dans ses méthodes, la modélisation des contenus. Cette approche facilite le processus de création éditoriale. Le rédacteur ne doit plus penser à certains aspects plus techniques de l’écriture. Il peut se concentrer sur le propos, le message clé. Pour mieux toucher sa cible. Il s’agit donc de fixer des critères quantitatifs et qualitatifs pour les différents éléments éditoriaux qui composent les pages Web. Cela vaut, par exemple, pour les types de contenus tels que les titres, chapô, paragraphes, …

La modélisation des contenus consiste à extraire la structure logique de contenus clés et à créer des étalons quantitatifs ou qualitatifs. On peut, par exemple, déterminer le nombre de signes des différents élément d’un texte: le titre, l’accroche, le paragraphe…

Voici une liste que vous pouvez prendre pour étalon.

  • Titres ± 60 signes
  • Chapô ± 160 signes
  • Corps de texte ± 1500 signes
  • Phrase ± 100 signes
  • Paragraphe  ± 500 signes
  • Légende image  ± 150 signes

Commentaires

  1. Olivier dit :

    Ces valeurs, notamment pour le corps de texte, sont-elles vraiment adaptées au web ? 1500 signes c’est le standard issu du papier, non ?

    Merci d’avance pour les précisions.

  2. Hello Olivier, comment vas-tu?

    Ces valeurs ne sont, évidemment, pas à prendre au pied de la lettre. Il ne s’agit pas ici d’imposer un standard (du reste, le standard papier que tu évoques n’existe pas davantage, c’est plutôt une convention, dans certains secteurs et certains pays).

    Et puis non, ce n’est pas une valeur adaptée au Web. Ce n’est ni un volume exact, ni une quantité optimale.

    Muriel raconte donc des sornettes? Que nenni. Cette valeur (au même titre que celle du paragraphe, de la phrase, etc.) sont des indicateurs raisonnables. Ils varient parfois selon le contexte: la ligne éditoriale et la culture de communication de l’annonceur, l’objectif du canal, le type de contenu et de page, le nombre et la disponibilité des ressources, etc.

    Ces indicateurs sont, d’expérience, de bons outils qui assurent aux rédacteurs de produire un bon ratio en termes de
    – SEO éditorial (densité des mots et expressions clé, enrichissement par les balises formelles, …)
    – granularité (détail) de l’information
    – valeur ajoutée de la communication (pour installer la relation à travers le contenu).

    In fine, il va de soi qu’il ne faut utiliser que la somme de mots strictement nécessaire, si tant est qu’il y en ait une.

    Pour rappel, le propos de ce billet est d’aider les rédacteurs à formaliser, modéliser leurs tâches d’écriture pour gagner en productivité, en cohérence et en qualité. Une des tactiques typiques de la stratégie de contenu Web, plus que du référencement à proprement parler.

    Merci encore pour cette question très utile, et bonne année à toi.

  3. Muriel Pineau dit :

    Bonjour,
    1500 caractères, c’est un standard de contenus qui me convient bien. Textes rapides à écrire, donc travail rentable. Malheureusement certains prospects ayant quelques notions de référencement s’imaginent que leur proposer des textes de ce calibre n’est pas professionnel.
    Je ne sais toujours pas quels arguments complémentaires développer pour les convaincre. Ceci malgré le fait que je passe du temps auprès d’eux à évoquer le travail des mots-clés, des titles, et autres balises stratégiques…
    Et finalement, ces prospects partent chercher du contenus volumineux dans des contrées lointaines ;o).
    Bien à vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez chroniqueur

Vous souhaitez devenir chroniqueur ou nous soumettre un article? Rien de plus simple.

Ça m'intéresse

#EPW sur Twitter

#EPW sur Facebook

À propos

Votre blog Écrire pour le web en chiffres
  • Plus de 25.000 sessions par mois
  • Plus de 35.000 pages vue chaque mois
  • 1500 abonnés à la newsletter
  • Créé en 2006
  • 1e position dans Google sur des expressions métier
En savoir plus