La communication comme un art-We Are the Words

Étiquettes : , , ,

Promis: pas de leçon de grammaire aujourd’hui! Mais de là à confondre choux-vert et vert-choux, il n’y a qu’un pas… Révisons, révisions.

En vous communiquant l’art et la manière de communiquer, j’affûte mes talents de communicante. La différence ? Elle est à trouver entre l’état et l’action.

Un état d’esprit

Faire la communication ne fait pas de quelqu’un un communicant. Le communicant est une personnequalifiée par l’art inné de la communication: une qualité en somme! Encore que selon les chers Immortels de l’Académie Française, le terme de communicant se limite strictement à « un auteur prononçant un exposé devant une société savante, une assemblée« , et est à éviter dans toute autre circonstance.

Mais diantre soit loué: le petit Robert et le gros Larousse, ouf! s’accordent à élargir la définition de communicant à un « spécialiste de la communication ».

L’art est une manière

On en oublierait presque le communicateur, cette espèce de communicant coquin provocateur (et vilain?) doué pour la polémique médiatique. Bien que lettré, le Littré invoque lui une secte d’Anabaptistes du XVIe siècle…  A force, on en perd son latin: trop de communication tue la communication.

Les règles du jeu: l’exception française

Retenez simplement que les verbes (du participe présent) se terminant par –quant peuvent  aussi être des noms (adjectif verbal substantivé) qui se déclinent en –cant seulement s’ils n’ont pas de –tion dans leur famille de mots. Démo:

  • En trafiquant pas de trafiction, donc toujours un trafiquant.
  • A l’inverse: en communiquant, de la communication, toujours un communicant! Voire un communicateur…

Je vous l’avais dit, promis. Je vous ai tout dit! Point besoin de révisions, les pendules sont à l’heure.

Si comme pour moi, ça sonne clair, partagez, communiquez l’article autour de vous que tout le monde s’entende.


Commentaires

  1. Charmant article Pauline!

  2. Mi dit :

    Saisissant ! Je partage ! Un grand merci !

  3. JCT dit :

    Merci, je ne connaissais pas cette règle, mais apparemment vous avez inversé la définition : d’après les exemples que vous donnez, c’est justement s’il existe une variante en -tion que le nom se décline en -cant (alors que vous écrivez « se déclinent en –cant seulement s’ils n’ont *pas* de -tion dans leur famille »).

  4. Marc dit :

    Effectivement, je ne comprends pas la règle : c’est l’inverse ! Je suis ok avec JCT

  5. Zut zut dit :

    Belle plume !! Quelle communicante 😉

  6. Mélissa dit :
    Votre commentaire est en attente de modération.

    Merci.
    Un question quand même: comment s’écrit alors des « communi.ants » pour des personnes en tant qu’elles communiquent (continuellement sur Internet par exemple sans pour autant avoir de talent?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez chroniqueur

Vous souhaitez devenir chroniqueur ou nous soumettre un article? Rien de plus simple.

Ça m'intéresse

#EPW sur Twitter

#EPW sur Facebook

À propos

Votre blog Écrire pour le web en chiffres
  • Plus de 25.000 sessions par mois
  • Plus de 35.000 pages vue chaque mois
  • 1500 abonnés à la newsletter
  • Créé en 2006
  • 1e position dans Google sur des expressions métier
En savoir plus