Étiquettes : ,

Les deux, mon général !

Le débat est fréquent : les textes pour le Web doivent-ils, oui ou non, être courts ?

La formule consiste à diviser votre contenu papier par deux, disent certains. En d’autres mots, un A4 donne un A5 sur le Web (façon de parler, bien entendu). Tout dépend du projet, du site Web, de la stratégie de communication, de l’audience, disent d’autres. En fait, il n’y a pas de règle universelle, une fois de plus.

Qu’en dit l’utilisateur ?

Précisément, celui-ci semble avoir changé d’attitude ces dernières années face au défilement vertical (scrolling) des pages Web. Qui dit défilement, dit page (plus) longue, vous l’aurez compris. S’il n’appréciait pas trop la manœuvre avant (jusqu’en 2000 plus ou moins), il s’y est aujourd’hui bien accoutumé. Par ailleurs, il est vrai que les pages Web ont pas mal augmenté en taille.

Même si la technologie a évolué, que le contenu multimédia et interactif est venu se mêler au texte, certaines ficelles sont (restent) précieuses pour augmenter le taux de lecture de vos pages (longues).

Quelques rappels

Publiez d’abord la conclusion, puis le développement et la conclusion (bref, la fameuse pyarmide inversée). Votre contenu principal doit rester concentré sur le haut de la page (au-dessus du pli). Un exemple…

Badie

Avant les internautes ne lisaient pas les pages trop longues. Ils n’utilisaient pas non plus volontiers la fonction de défilement vertical. Avec l’évolution du Web, ils ont eu tendance à modifier leur comportement. Si bien qu’aujourd’hui, ils sont plus nombreux à faire défiler verticalement le contenu web qu’ils consultent.

Goodie

Les internautes utilisent aujourd’hui plus aisément la fonction de défilement sur les pages Web. Ils se sont sans doute adaptés aux évolutions du Web. Il est vrai que les pages tendent à être plus longues qu’avant.

Habillez vos pages. Prévoyez des sections à l’aide de titres et d’intertitres, faites des listes à puces (bullets), graissez les mots clés, mettez les citations en exergue, espacez vos paragraphes…)

Utilisez des hyperliens pour sectionner de trop longs contenus en plusieurs pages.

Quelques précisions

Puzzlavie publiait dernièrement un billet en citant un de mes anciens articles (de mon ancien blog) sur la lisibilité. J’y écrivais que l’internaute n’aime pas les longs contenus. En fait, jusqu’il y a peu, je soutenais encore que cela était vrai. Les chiffres sont aujourd’hui trop nombreux pour ne pas me faire fléchir. 😉

Pour des chiffres précis sur l’utilisation de la fonction de défilement et sa fréquence sur les sites Web, voir le blog de ClickTale (en anglais) et ce billet de Jean-Marc Hardy.

Short or long content ? There’s no absolute rule

In order to determine the best way to display large amounts of information on the web, several studies were conducted to compare paging versus scrolling. For text content, paging was found to be slower but it did not result in comprehension differences or overall preference over scrolling conditions.Even if scrolling is more common used today, there are still some rules to apply to facilitate the reading of web content. Those are, for example:

  • Be succinct: write no more than 50% of the text you would have used in a hardcopy publication
  • Write for scannability (titles, subtitles, bullet lists, short text blocks, …)
  • Use hypertext to split up long information into multiple pages

Commentaires

  1. En fait ce n’est pas la longueur qu’il faut traquer, mais le superflu, et en ayant toujours à l’esprit qu’une lecture « en diagonale » doit être permise par une utilisation judicieuse des sous-titres, emphases et des techniques de « front loading ».

    La mise en forme du texte influe aussi le confort de lecture, à plus forte raison pour les textes longs : il faut donc veiller à ne pas avoir des lignes trop longues, à avoir un interligne de 1.5 au lieu de 1, et à ne pas afficher un contraste trop élevé qui fatigue les yeux inutilement.

  2. Avatar Encyclopédie dit :

    Je suis entièrement d’accord avec Sébastien, la longueur du texte n’est pas un problème. C’est plutôt tout le reste. Le contenu doit être :
    – Captivant: Ne pas parler pour ne rien dire.
    – Lisible : Une police adaptée doit être utilisé (type et couleur). Le contraste avec le background ne doit pas être négligé.
    – Aéré : Titre, Sous-tire, Paragraphe, Introduction, conclusion.

  3. Décidément, j’apprends plein de choses en te lisant quasi quotidiennement!
    Pour écrire sur le net, que d’habitudes me voilà obligée de changer! Voilà qu’il faut quasi procéder à l’inverse de ce que l’on nous apprend à l’univ… commencer par une conclusion, éviter les redondances, des paragraphes courts et aérés, avoir le critère d’une lecture en diagonale en tête, etc.
    Le défi me plaît mais me réclame bcp d’efforts…

  4. Salut Béné ! Alors, ça y est ! Tu t’y es mise, donc, au blog. Je te souhaite une belle aventure !

    Mon billet suivant « Quand il faut faire long » vous invite tous à poursuivre cette discussion.

  5. « Ce n’est pas la longueur qu’il faut traquer, mais le superflu »… Je ne peux qu’adhérer à cette formule.

    Ceci dit, il arrive un point où, quel que soit le niveau de pertinence ou d’attractivité, la page devient indigeste. Physiquement. Avec cet ascenseur qui devient si petit qu’on y dérape, ou qu’on descend de trois étages (traduisez « trois écrans ») au moindre soubresaut. Version imprimable, svp.

    Ce qui peut aider à parcourir une page longue, c’est le sommaire interactif (ancres pointant vers les chapitres du document, idéalement complétées du bouton « top »). Cette possibilité est offerte aux sites web, mais pas aux blogs. Il s’agit d’une des limites du blog, à mon humble avis.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez chroniqueur

Vous souhaitez devenir chroniqueur ou nous soumettre un article? Rien de plus simple.

Ça m'intéresse

#EPW sur Twitter

#EPW sur Facebook

À propos

Votre blog Écrire pour le web en chiffres
  • Plus de 25.000 sessions par mois
  • Plus de 35.000 pages vue chaque mois
  • 1500 abonnés à la newsletter
  • Créé en 2006
  • 1e position dans Google sur des expressions métier
En savoir plus