bashing sur les réseaux sociaux

Quand j’avais philo à l’école, on m’a parlé de la théorie du « bouc-émissaire » : un individu reçoit l’opprobre de tous … Pour le bien de la communauté ?

S’attaquer à une personne est devenu comme un sport de seconde nature sur les réseaux sociaux. Une déclaration « polémique » de Maurane sur Twitter, un off politique révélé par le Petit Journal… Tout est bon pour commencer un « bashing » dans les règles de l’art.

« Basher » Nabila : accord francophone du moment

Le bashing, c’est donc cette tendance qu’ont les internautes ( et pas que ) à partir sur les chapeaux de roues pour pourrir la réputation d’une personne lorsque celle-ci commet un faux pas. Toute l’e-communauté se met en choeur pour dénoncer, haïr, moquer la personne jusqu’à l’anéantissement professionnel / social / politique.

Subir un bashing, c’est peut-être la pire des choses qui pourrait vous arriver sur le net, c’est pourquoi il est toujours préférable de ne jamais agir dans l’impulsivité ! 

Récemment, voire très récemment, le web s’est trouvé une victime de poids : Nabila. Célèbre pour sa phrase « Allo … » ( je ne vous la ferai pas ) , cette fille s’est vue détestée sur la plupart des réseaux sociaux . Victime de sa propre notion de la condition capillaire féminine, (la pauvre) Nabila continue de « défrayer » la chronique en se faisant inviter à tour de bras sur les plateaux français pour qu’on l’édifie sur le pilori de la stupidité.

Eviter le bashing … Se taire ?

Le web réagit au quart de seconde. Les tweetos se liguent, Facebook crée des fan-pages « anti-machin ». L’e-réputation se déconstruit avec un bad-buzz savamment orchestré. Mais comment éviter de se faire « basher » ?

Si vous êtes une « célébrité » qui a un temps de parole sur les médias nationaux : considérez ce que vous dites et, si vous êtes sanguin, faites-vous conseiller. Votre temps de parole importe, et représente une partie des opinions des gens qui vous supportent.

Si vous arrivez de nulle part : une légion d’honneur vaut mieux qu’un bad buzz. Se faire railler avant même d’avoir pu exprimer votre façon de penser, ce n’est absolument pas dans vos conditions pour vous faire bien connaitre.

Est-ce que ça me fait gagner des points d’être méchant sur le web ?

Parler de gentil et de méchant reste une question de vision des choses. Chacun a son opinion et a la liberté de l’exprimer comme il l’entend. Une personne de droite va évidemment se faire un plaisir de démonter les propositions de la gauche et inversement. Le bashing gratuit, ceci-dit, pour « faire comme les autres » ne vous fait pas gagner des points. Respirez, pensez et, si vous ne vous sentez pas capable d’amener une pierre suffisante pour ou contre l’édifice du bashing, restez éloignés du chaos que cela pourrait engendrer.

Comme le dit le proverbe « mieux vaut tourner sa langue sept fois dans sa bouche avant de parler ». Il en va de votre e-réputation, de votre bonne visibilité sur le net et de votre vie sociale, finalement.

 

Envie d’éviter un bad-buzz ? Lisez cet article de Sandy !

Le bashing (mot qui désigne en anglais le fait de frapper violemment, d’infliger une raclée) est un néologisme d’origine anglaise utilisé pour décrire le « jeu » ou la forme de défoulement qui consiste à dénigrer collectivement un sujet ou une personne


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez chroniqueur

Vous souhaitez devenir chroniqueur ou nous soumettre un article? Rien de plus simple.

Ça m'intéresse

#EPW sur Twitter

#EPW sur Facebook

À propos

Votre blog Écrire pour le web en chiffres
  • Plus de 25.000 sessions par mois
  • Plus de 35.000 pages vue chaque mois
  • 1500 abonnés à la newsletter
  • Créé en 2006
  • 1e position dans Google sur des expressions métier
En savoir plus