Checklist pour être aimé de vos lecteurs

Étiquettes : , ,

Les rédacteurs Web le savent-ils? Parmi les critères de satisfaction dans l’expérience de lecture, les internautes citent d’abord la qualité du contenu. Comment la vérifier?

Cohérence, pertinence, correction, valeur ajoutée, … tels sont les critères que les internautes et mobinautes brandissent lorsqu’il est question d’évaluer la qualité des contenus qu’ils compulsent sur les sites et blogs.

Certes, les rédacteurs Web n’ont pas la vie facile: ils doivent produire de plus en plus, dans un milieu de plus en plus concurrentiel, et sur des sujets pas toujours très originaux, marronniers obligent.

En établissant une check-list où figurent les principaux critères qui font la qualité d’un contenu, les rédacteurs Web se munissent d’un outil de référence.

Difficile parfois de savoir comment assurer un niveau de qualité rédactionnel constant. Or, en établissant une check-list où figurent les principaux critères qui font la qualité d’un contenu, les rédacteurs Web se munissent d’un outil de référence, utile et facile.

Quelques éléments qui figureront dans cette liste de contrôle de tout rédacteur Web :

Vérifiez vos microcontenus

Les microcontenus sont essentiels pour alpaguer l’internaute (et encore plus le mobinaute). Les rédacteurs Web doivent surtout soigner ces microcontenus d’appel.

  • Le titre est court (40 à 70 signes, c’est une règle que je donne à nos fournisseurs. C’est aussi la règle de Google dans ses pages de résultat)
  • Le titre est qualifié, pertinent et accrocheur
  • Le chapô est court (156 signes, comme la taille du résumé dans les pages de résultats Google)
  • Le chapô résume le texte qui suit. Il est accroche le lecteur. Il complète bien le titre. Et répond à la question éventuellement posé dans ce titre

Qu’est-ce qu’un bon texte rédigé pour l’écran?

Les lecteurs à l’écran ont petit appétit: ils mangent rarement les contenus plus longs, sauf s’ils sont bien structurés et s’ils ont une vraie valeur ajoutée. Les rédacteurs Web doivent s’adapter à ce régime de consommation en mode « media snacking ».

    • de quoi s’agit-il?
    • à qui s’adresse cette solution, ce service, ce produit?
    • comment ça marche?
    • pourquoi l’adopter, le préférer à la concurrence?
  • Ces questions sont identifiables au premier coup d’oeil : elles figurent sous formes d’intertitres
  • Les arguments dans le corps de texte sont clairs, pertinents, précis et rédigés dans un style simple à lire à l’écran
  • Les arguments sont rationnels (utilité, équité, disponibilité) et rassurent l’émotionnel du lecteur (sécurité, prestige)
  • Le propos est fondé sur des faits, des données fiables. Il est rédigé avec compétence et qualification
  • Le texte a été relu attentivement: il ne comporte pas d’erreurs de syntaxe, de construction maladroite, de fautes grammaticales
  • Le texte se clôture par un incitant à la conversation, au commentaire, à la conversion. Bref, l’article propose de poursuivre l’expérience de lecture en faisant un lien vers des contenus reliés

Vous aussi vous avez une liste de contrôle? Que comporte donc votre checklist Rédaction Web?


Commentaires

  1. Bonjour Muriel 🙂
    Tout à fait d’accord avec ton article que je trouve pertinent et informatif. La qualité fait malheureusement de plus en plus défaut dans beaucoup de blogs. Les rédacteurs web et bloggeurs doivent comprendre qu’un contenu médiocre ne fait que nuire et faire fuir leur audience alors à quoi bon en produire. A mon avis mieux vaut produire un excellent article une fois par semaine que trente par mois de piètre qualité.
    Il m’est arrivé à maintes reprises de me désinscrire de blogs et de newsletters à cause de cela, du contenu médiocre et des rédacteurs qui parlent pour finalement ne rien dire. Le net est saturé d’informations et personne n’a de temps à perdre à lire des articles qui n’apportent rien de nouveau, d’informatif ou de fun.

    1. Hello Lamya. Merci pour ton retour d’expérience et la rigueur que tu partages. Comme tu le soulignes, la qualité doit rester notre maître engagement.

  2. Jessica dit :

    Bonjour Muriel,

    Je rejoins Lamia (que je salue d’ailleurs) dans son constat sur la qualité éditoriale de certains blogs. Certains contenus ne visent que les moteurs de recherche et cela est très dommageable pour le lecteur qui, au final, n’y tire aucun intérêt. Pour ma part, je me tourne davantage vers les sites conviviaux, plus « humanisés ».

    S’agissant de votre check-list, elle est très bien faite.
    L’utilisation de la liste à puces est l’allié du rédacteur web quand elle s’y prête. Elle permet de structurer des idées et de rendre un texte beaucoup plus lisible pour une lecture sur écran.
    Vous en avez d’ailleurs fait une belle démonstration dans cet article…

    Jessica

  3. //IWYT//* dit :

    Bonjour,
    Outre le style et l’articulation du texte, j’espère que la base reste aussi le choix des contenus. Comme l’a évoqué Jessica, rédiger pour Google en reprenant des sujets déjà maintes fois explorés n’apporte pas de réelle valeur ajoutée pour nos cibles finales : nos lecteurs, clients, prospects… Pour ma part, le plus dur n’est pas seulement d’améliorer mon style, mais c’est aussi de me détacher de l’existant pour apporter de l’eau au moulin.

  4. Bonjour à Jessica et IWYT, on est parfaitement d’accord sur cet aspect: le choix des sujets et leur traitement, en amont, sont essentiels à une bonne expérience éditoriale. Ce sera le propos d’un prochain article. D’ailleurs, n’hésitez pas, vous-mêmes, l’une et l’autre, à devenir contributeurs sur ce blog. Plus on est de rédacteurs à évangéliser, plus la qualité du Web sera garantie. Si cela vous intéresse, contactez-nous sur [email protected].

  5. Très bon article dont je partage bien sûr les idées. Le Media Snacking est une réalité et c’est à nous rédacteurs web à nous adapter au comportement du lecteur, pas le contraire. J’essaie tant bien que mal à corriger cette vilaine manie de publier trop d’articles dépassant les 1000 signes… Y a encore du boulot !

    Pour rebondir sur les commentaires de Lamya et Jessica, j’ai constaté que la « course au contenu » à laquelle nous prenons tous part a dilué fortement la qualité de rédaction de certains, qui, dans l’urgence, rédigent parfois un billet sur un bout de table, peu importe la qualité du moment qu’ils puissent publier quelque chose.

    Je suis moi aussi un fervent partisan de la qualité, mais je remarque que l’option « quantité » marche aussi chez certains blogs. J’en viens parfois à me demander si certains lecteurs ne se contentent pas juste de partager un article qu’ils n’ont pas lu simplement pour alimenter leur feed Twitter…

    J’ai d’ailleurs publié pas plus tard qu’hier un billet à ce sujet dans lequel j’ai tenté de résumer les avantages et inconvénients de ces 2 stratégies : http://www.markentive.fr/blog/quantite-vs-qualite-quelle-strategie-convient-le-mieux-votre-marketing-de-contenu

    Merci pour cet article de qualité 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez chroniqueur

Vous souhaitez devenir chroniqueur ou nous soumettre un article? Rien de plus simple.

Ça m'intéresse

#EPW sur Twitter

#EPW sur Facebook

À propos

Votre blog Écrire pour le web en chiffres
  • Plus de 25.000 sessions par mois
  • Plus de 35.000 pages vue chaque mois
  • 1500 abonnés à la newsletter
  • Créé en 2006
  • 1e position dans Google sur des expressions métier
En savoir plus