Win or loose-We Are the Words

Étiquettes : , ,

A l’heure où tout est digital,  les marques et les médias dits traditionnels n’ont d’autre choix que de se réinventer. Penchons-nous sur ce phénomène.

L’ère du numérique

Au moment où le géant Google est en passe de numériser la planète, les médias se voient aujourd’hui contraints de devenir des marques, et les marques des médias. Certaines d’entre elles n’ont d’ailleurs pas attendu le grand BOOM d’Internet pour endiguer la vague et ainsi créer leurs propres médias.

Leroy Merlin et son magazine « Du côté de chez vous« , Michelin et son très réputé guide du même nom ou encore la lessive Dash avec ses mini-soaps opéras, sont tous autant d’exemples précurseurs d’un genre nouveau.

La donne s’est inversée: essentielle hier pour l’un, la pub est aujourd’hui vitale pour l’autre.

Le Web tel un miroir

L’avènement d’Internet aura permis aux marques de produire directement, et sans intermédiaire, des contenus destinés à leurs consommateurs. Dorénavant, les marques-médias produisent constamment du contenu éditorial et/ou ludique via leur blog, leur site, leurs applications mobiles,  leur page Facebook, leur compte Twitter, leurs chaîne Youtube ou leur tableau sur Pinterest.

Quid des médias? Ils sont à leur tour devenus des marques; des dias-marques. En recourant aux stratégies commerciales de leurs annonceurs, les médias traditionnels peuvent dès lors mieux communiquer leur identité et réaffirmer leur positionnement: tous doivent redéfinir leur raison d’être online et offline.

Désormais, le rapport de force semble s’être inversé. Indispensable hier pour les marques, la pub est aujourd’hui vitale pour les médias. Voilà pourquoi les frontières entre le rédactionnel et le publicitaire s’étiolent chaque jour un peu plus… Vous suivez?

The deal: Win-win

Dans ces circonstances, les plus gros peuvent négocier d’égal à égal. Dans le cas de la télévision numérique, l’annonceur monétise ses fichiers clients d’une part, et la chaîne accroît alors son audimat, tout en cédant ses autres espaces publicitaires aux plus offrants.

Bref, le bras de fer Medias vs. Marques en est encore à ses prémices: lequel aura raison de l’autre?…

Je vous invite, dans un tout autre style, à prolonger ce débat en consultant un article paru récemment sur l’in-game advertising. Et faites-nous part aussi de votre avis.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez chroniqueur

Vous souhaitez devenir chroniqueur ou nous soumettre un article? Rien de plus simple.

Ça m'intéresse

#EPW sur Twitter

#EPW sur Facebook

À propos

Votre blog Écrire pour le web en chiffres
  • Plus de 25.000 sessions par mois
  • Plus de 35.000 pages vue chaque mois
  • 1500 abonnés à la newsletter
  • Créé en 2006
  • 1e position dans Google sur des expressions métier
En savoir plus