Étiquettes : , ,

Populaire, court, percutant, original… le meme est l’essence de l’écriture Web. Mais meme et marketing online font-ils bon ménage?

Connaissez-vous les memes? Véritables phénomènes de la culture Web, il s’agit d’iconographies et de phrases détournées et reprises à l’infini, sur un ton humoristique.

Ils sont omniprésents chez les plus jeunes, qui les remanient et les réinterprètent sans jamais s’épuiser. Un petit tour sur les sites de partage d’images comme 9gag ou Imgur suffit pour s’en convaincre, les memes ont envahi Internet.

Le meme représente tout ce que devrait être un bon contenu Web: court, percutant, original, smart et casual à la fois

Meme et marketing online , pourquoi pas?

Le marketing online doit sans cesse innover et approcher les consommateurs de façon différente. Les habitudes évoluent de plus en plus vite: on comptabilise plus de 200 millions d’utilisateurs d’Adblock. Impossible d’approcher les internautes avec un contenu conventionnel, il faut comprendre leur humour, leur mode de communication et surtout partager leurs références.

Le meme est alors la solution la plus évidente. Il représente tout ce que devrait être un bon contenu Web: court, percutant, original, smart et casual à la fois. Riche de seulement quelques mots, son contenu revêt une importance capitale. Un meme réussi est facile à communiquer et contagieux.

L’avantage du meme pour le marketing online est qu’il est déjà populaire! Très facile à produire, il permet de créer une connexion, une émotion auprès de sa cible, sans pratiquement rien dépenser.

Quelques précautions avant d’oser le meme comme stratégie marketing

  • Connaître son audience: le meme est populaire chez les 18 – 34 ans, qui représentent 30% de l’ensemble des utilisateurs d’Internet. Au sein de ce groupe, le responsable marketing doit chercher les intérêts communs qui caractérisent le mieux son public cible.
  • Bien utiliser le message: le meme est une stratégie de marketing alternatif. On ne l’utilise pas avec un message classique « regardez, notre produit est le meilleur! ». L’idée est de produire un contenu qui sera diffusé sur les médias sociaux et qui vaille la peine d’être partagé à son réseau: drôle, original, pertinent, etc.
  • Ne pas créer un bad buzz: c’est le risque le plus évident et cela devrait être la hantise d’un responsable communication. Si on capte mal l’utilisation du meme, on perd toute crédibilité auprès de l’audience qui, sans pitié, risque de partager le contenu comme exemple de ce qu’il ne faut pas faire…
  • L’idéal: créer son propre meme qui devienne une référence unique, en inspirant des centaines, des milliers d’autres créations. « The Most Interesting Man in the World », lancé par l’agence publicitaire Euro RSCG pour la marque de bière Dos Equis est une des plus belles réussites, avec 1 million de like sur Facebook.
  • Cet exemple montre pourtant le risque de ne pas générer une impression forte de la marque. Aujourd’hui, le message « I don’t always… but when I do… » a tellement été réutilisé, qu’il s’est détaché de la marque de bière.
  • Le meme est un phénomène anglophone: avant de diffuser son message, on le testera donc auprès de la cible, afin de s’assurer qu’il passe bien.

Et vous? Quel est votre meme préféré? Pensez-vous qu’il peut être utile à votre stratégie marketing en ligne?


Commentaires

  1. La rédaction web se développe et change en fonction de l’évolution des comportements des utilisateurs de l’internet. Il faut faire en sorte que ce que l’on rédige et publie puisse intéresser et toucher les lecteurs afin de faciliter la communication. L’humour des mèmes fait partie de ces éléments qui attirent l’attention et que les internautes aiment se partager dans leurs communautés. Pour utiliser les mèmes et leur sens de l’humour dans la rédaction en webmarketing, il faut tout de même savoir identifier les comportements des lecteurs-prospects: leurs goûts, leur type de langage, etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez chroniqueur

Vous souhaitez devenir chroniqueur ou nous soumettre un article? Rien de plus simple.

Ça m'intéresse

#EPW sur Twitter

#EPW sur Facebook

À propos

Votre blog Écrire pour le web en chiffres
  • Plus de 25.000 sessions par mois
  • Plus de 35.000 pages vue chaque mois
  • 1500 abonnés à la newsletter
  • Créé en 2006
  • 1e position dans Google sur des expressions métier
En savoir plus