one page website

Étiquettes : , ,

Si le one page website a le mérite de souffler un vent de fraicheur sur le web, est-il adapté à tous types de contenus? Et, est-il SEO friendly? Pas sûr!

L’idée du one page website (site à page unique) est – comme son nom l’indique – de regrouper tout son contenu sur une seule page. Quels sont les avantages et les inconvénients de cette tendance?

Certes, le One page website est design

Il faut l’avouer, le one page website a le mérite d’être esthétique et ergonomique. Créé dans le but d’étonner les internautes et d’enrichir l’expérience utilisateur, il est généralement simple, clair et épuré. Composé d’une longue page divisée en contenus courts, le visiteur navigue à son rythme, à l’aide d’un scroll vertical ou horizontal (ou les 2). Mais est-ce réellement confortable, pour le lecteur, de naviguer de la sorte?

Le choix d’un site one page dépend du type de contenu

Pas pour tous les types de contenus

Stylé et attrayant, le site single page permet de séduire les visiteurs, certes. Mais, le scroll est-il nécessairement une bonne chose? Lorsque vous créez un site web, il ne s’agit évidemment pas de donner la nausée à vos lecteurs, et encore moins de provoquer un sentiment d’impatience ou de frustration, n’est-ce pas? Mieux vaut donc éviter d’abuser de cette fonction!

On peut donc en déduire que le choix d’un site one page dépend du type de contenu. Dans certains cas, comme le lancement d’un produit, il est nécessaire de retenir l’attention des internautes et donc d’innover et de créer la surprise. Le one page website s’avère donc approprié. Pour les solutions à long terme cette solution l’est nettement moins.

Le site single page est donc idéale pour mettre un produit en avant, valoriser un service, mettre en scène un discours, etc. Par contre, il est à déconseiller pour les sites avec beaucoup de contenu.

Quid du référencement naturel?

Si Matt Cutts affirme que « Google comprend de mieux en mieux le one page website ». Et que, « si ce type de site fonctionne pour les utilisateurs, il fonctionnera également pour Google ». Je ne suis pas entièrement convaincue de son potentiel SEO.

Selon moi, les sites one page partent avec un handicap pour le référencement pur. Pourquoi? Ils n’ont qu’une seule page indexée (et donc une seule balise title, un seul H1, etc.). Difficile donc de se positionner sur une diversité de mots clés ciblés. De plus, cette solution met de côté le maillage interne, élément nécessaire pour le page rank.

Cependant, à en croire les référenceurs, il existe des solutions pour contrebalancer ces manquements. Par exemple, en configurant une URL unique pour chaque section, en utilisant des balises différentes pour la page, les sections et l’intérieur des sections, en disposant de liens entrants provenant des réseaux sociaux, en utilisant des ancres, etc.

Avez-vous d’autres solutions à nous proposer pour mieux référencer un site à page unique?


Commentaires

  1. Avatar Nickko dit :

    Pour le référencement et notamment le « un seul h1 » selon moi, chaque rubrique doit avoir un h1.

    Et le nombre de h1, aussi loin que le web remonte n’a jamais été limité. Parfois on entends qu’il ne faut qu’un h1 par page, c’est un vieux mythe, les documents de normes du W3C sont là pour en attester.

    Ensuite, effectivement, ce type de site n’est pas adapté à tous les contenus, surtout si on a beaucoup d’information à diffuser. au delà de 3 à 5 sections ça devient franchement pénible (et encore ça dépend de la taille de chaque section).

    Dans ce cas, on peut se demander si n’avoir qu’une page plutôt que 3 est vraiment handicapant en terme de référencement. (sans doute que ça l’est un peu mais pas vraiment)

  2. Avatar Nickko dit :

    Et au passage, saviez vous qu’en français il faut un espace avant et après les signes de ponctuations doubles comme ; : ! et ?

    1. Avatar Veronique Wese dit :

      Merci pour ces infos, Nickko.
      Je vous rejoins dans ces exigences de la langue française. Alors, pourquoi ne pas utiliser d’espaces insécables? Tant pour éviter qu’un signe de ponctuation ne soit balancé à la ligne, que dans un souci de cohérence d’un article à l’autre, sur le blog.
      https://www.ecrirepourleweb.com/espace-insecable-wordpress-possible/
      Bàv

      1. Avatar Nickko dit :

        Vous avez raison, pour insérer un espace avant un signe de ponctuation double, mieux vaut un espace insécable qu’un espace normal, mais vous les avez omis dans l’article 😉

        1. Avatar Veronique Wese dit :

          Tout à fait 🙂 Et, c’est un parti pris par le blog de ne pas ajouter d’espaces.

  3. Avatar arlette matipa josse dit :

    Bonjour Véronique,

    Merci pour cet article sur le one-page. Vous dites ceci: »Selon moi, les sites one page partent avec un handicap pour le référencement pur. Pourquoi? Ils n’ont qu’une seule page indexée (et donc une seule balise title, un seul H1, etc.). »

    En utilisant l’html5 et non plus le 4 ou l’xhtml, vous pouvez utiliser plusieurs h1. chaque section a un h1

    Chaque section aura son titre de niveau 1 et l’en-tête également. Les blocs sont indépendants des autres,et de ce fait on peut utiliser plusieurs h1 sur une page.

    1. Chère Arlette, je suis d’accord avec toi. Mais pour moi, le SEO ce n’est pas qu’une question d’optimisation pour les moteurs de recherche, mais également une optimisation de l’expérience de recherche. L’expérience nous a montré cependant que les sites d’une page ont tendance à vite saturer dès lors que l’architecture requiert de créer des sections différentes, et donc une volumétrie éditoriale telle qu’il faut aussi introduire, pour chaque bloc, les balises structurelles et stylistiques H1 voire H2, etc. Dans ces cas-là, rien de tel qu’un site qui se consulte au format codex plutôt que volumen. Car au fond, c’est cela surtout l’enjeu derrière le choix d’un one page website: est-ce que le format de consultation proposé (volumen, quasi linéaire malgré les ancres) facilite ou à tout le moins n’entrave pas l’expérience utilisateur. Et on sait que Google est sensible aussi à cette expérience.

    2. Avatar Veronique Wese dit :

      Bonjour Arlette,
      Merci pour votre commentaire.
      Nous sommes sensibles au fait d’optimiser continuellement nos textes. Et, vos éclaircissements sont des outils précieux pour le faire.
      N’hésitez donc pas à réagir davantage sur ce blog.
      Bonne journée à vous

  4. Je tombe sur cet article suite à quelques recherches pour un projet en cours ou j’ai encore quelques maigres hésitations sur le choix d’un one-page.

    Le site en question a pour but d’offrir une présence à quelqu’un en profession libérale. Le contenu est assez court et le choix de l’étaler sur plusieurs pages rendrait l’expérience utilisateur moins bonne : beaucoup de clics pour accéder à des contenus courts. Sur mes wireframes il apparait clairement qu’une navigation en onglets serait plus appropriée pour cette section. Notamment sur tablette ou les onglets peuvent être balayer avec le doigt.

    Pour le référencement, je mise sur la sémantique de la page en utilisant les balises à bon escient, l’usage de microdatas, et l’optimisation du chargement de la page. Le petit plus c’est Google Plus. Pour ce type de projet, je crée une page pour la personne et, de ce compte une page pour son activité. Une fois que Google recoit la confirmation ( envoi d’un courrier pour vérifier la bonne existence de l’entreprise ) la page apparait dans les résultats G+ qui se placent en un bloc en 4ème position des SERPs. En fonction de la concurrence la page peut même apparaitre deux fois.

    Evidemment c’est assez spécifique et est utile surtout pour ce genre de projet où on peut lier le site et l’activité à une adresse physique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez chroniqueur

Vous souhaitez devenir chroniqueur ou nous soumettre un article? Rien de plus simple.

Ça m'intéresse

#EPW sur Twitter

#EPW sur Facebook

À propos

Votre blog Écrire pour le web en chiffres
  • Plus de 25.000 sessions par mois
  • Plus de 35.000 pages vue chaque mois
  • 1500 abonnés à la newsletter
  • Créé en 2006
  • 1e position dans Google sur des expressions métier
En savoir plus