Étiquettes : , ,

L’avenir est au contenu original, utile et pertinent. Mais, entre qualité et quantité, faut-il nécessairement choisir son camp?

Des contenus de qualité

Il est loin le temps où les mêmes contenus pouvaient être réutilisés à toutes les mauvaises sauces, tout juste remaniés par des logiciels capables de mélanger les mots aussi bien qu’un homard aux commandes d’une grue. Fièrement perché sur ses bien-nommés destriers Penguin et Panda,  Google a ouvert la chasse aux contenus de pauvre qualité. Effusions de joie dans le clan adverse: Quantité est mort, vive Qualité!

Désormais, dans le grand vacarme  du web, l’Internet mondial affirme « Seuls les contenus de qualité ont une chance de se distinguer ». Les clients sont en quête de sens et d’expérience, offrons-leur des contenus engageants, originaux et divertissants! Heureux soit donc le marketeur Qualité, il sera récompensé: leads, customers et promoters tomberont tout droit dans son panier. Tout droit dans son panier? Vraiment?

Des contenus en quantité

Quantité ayant traversé la tête basse ces heures sombres reprend peu à peu des couleurs. Pendant que Qualité peaufine son article mensuel, des millions de contenus fleurissent chaque jour sur la toile et viennent engraisser cette machine infernale. Le web fait tellement de bruit que pour être entendu, il faut participer à la grande cacophonie pour espérer ne pas perdre pied. A l’heure où les contenus se périment à une vitesse folle, il est primordial de maintenir le lien fragile qui vous relie à vos prospects et vos clients en animant votre communauté au quotidien et en partageant fréquemment des contenus pertinents.

Des contenus fréquents à forte valeur ajoutée

L’issue du débat coule de source: de la qualité, oui, mais en quantité. Vous ne devriez pas sacrifier l’un des deux au profit de l’autre. Ils fonctionnent résolument ensemble.

Mais comment continuer à assurer la livraison de contenus de qualité dès lors que l’on s’engage à publier en quantité? La réponse réside dans la solidité de votre ADN. Qui êtes-vous? D’où venez-vous? Où allez-vous? À qui vous adressez-vous? Seule une identité qualitative et affirmée est capable de générer suffisamment de contenus utiles et authentiques.

Enfin, contenu ne signifie pas nécessairement article de 500 mots ou vidéo de 5 minutes. Si vous ne disposez pas des ressources nécessaires pour alimenter un blog plusieurs fois par semaine en articles originaux et pertinents, capitalisez sur les réseaux sociaux. Devenez curateur, partagez des contenus qui entrent en résonance avec votre vision et vos valeurs. Bref, faites-vous entendre sans chahuter

Et vous, comment vous positionnez-vous dans ce débat? Quelles sont vos stratégies pour produire à la fois de la qualité et de la quantité?


Commentaires

  1. C’est bien entendu la meilleure approche, mais elle n’est vraiment pas à la portée de n’importe qui tant aborder les deux fronts est chronophage. Même les sites médias en sont réduits à embaucher des « forçats de l’info » pour publier toujours plus de qualité à un rythme soutenu. Avoir de la bouteille et quelque chose à dire est en effet primordial dans ce contexte !

  2. Bonsoir,

    Bravo pour cette approche qui reste néanmoins utopiste et irréalisable dans bien des cas, à moins que….

  3. Bonjour, merci pour cette réflexion pleine de bon sens. Je rejoins toutefois les commentaires précédents : publier de la qualité en quantité n’est pas accessible à toutes les bourses.
    Car c’est bien en terme d’investissement (en temps ou financier) que se règle le problème.
    Pour associer le qualitatif au quantitatif (quantitatif étant synonyme ici d’abondant) il faut pouvoir recourir à une équipe éditoriale ou avoir une personne exclusivement dédiée au contenu.
    Le challenge est relevé et ouvre la question suivante : comment produire du contenu de qualité en quantité lorsqu’on est une TPE ou une PME ou un indépendant ? Il serait intéressant d’ouvrir des pistes de réflexion. Et peut-être regarder en premier le retour sur investissement.

  4. Bonjour à tous. Je ne suis pas d’accord, pour ma part, avec les commentaires précédents. Notre agence accompagne depuis des années des TPE et PME dans l’élaboration de dispositifs éditoriaux qui allient qualité et quantité.

    Mais il faut, nécessairement, un travail de réflexion, une méthodologie en amont. Et surtout: il ne faut pas confondre publier et produire du contenu.

    Nous vivons une époque où l’information n’a jamais été aussi abondante et accessible. Il sera temps bientôt qu’on adopte pour les contenus, les pratiques que nous avons désormais plus ou moins ancrées concernant nos déchets: le recyclage.

    Cela nous donnera certainement des idées pour un futur article.

    Belle journée à tous,

    Muriel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez chroniqueur

Vous souhaitez devenir chroniqueur ou nous soumettre un article? Rien de plus simple.

Ça m'intéresse

#EPW sur Twitter

#EPW sur Facebook

À propos

Votre blog Écrire pour le web en chiffres
  • Plus de 25.000 sessions par mois
  • Plus de 35.000 pages vue chaque mois
  • 1500 abonnés à la newsletter
  • Créé en 2006
  • 1e position dans Google sur des expressions métier
En savoir plus