Wayfinding - Mais que fait l'architecte de l'information? Un article WAW, votre agence éditoriale

Étiquettes : , ,

Vous connaissez le concept de wayfinding? Le terme fait référence au processus commun d’orientation, d’identification et d’information visuelle dans un espace. Une approche qui s’applique parfaitement à l’organisation de l’information et l’architecture de vos pages Web…

Wayfinding: dis-moi où je suis, je te dirai où je vais

Tout visiteur, dans une ville étrangère par exemple, se pose 3 questions par rapport à l’espace environnant. Il veut pouvoir aisément:

  • Repérer sa situation – Le visiteur doit pouvoir se situer ici et maintenant.
  • Décider de son orientation – Le visiteur doit pouvoir faire un choix délibéré d’orientation (pour autant qu’on lui indique le chemin pour aller où il veut).
  • Se représenter l’espace – Le visiteur peut-il se représenter l’espace dans lequel il évolue (ses clics et actions doivent lui permettre de prédire où il va aboutir).

Ces 3 critères ont été élaborés dans les années 60 par l’architecte Kevin Lynch, qui leur a attribué conjointement le terme de « wayfinding », un concept qui désigne le processus d’orientation, d’identification et d’informations visuelles dans un lieu.
2 panneaux illustrant des accès aux ascenseurs ou au parking sur le toit. Purement illustratif

Dans sa recherche, Lynch a repéré que, généralement, les gens associent leur environnement à 5 types « d’outils »:

1. Des chemins : les rues, passages, tracés et chemins familiers (bus, métro, itinéraire boulot-dodo, etc.)
2. Des frontières : les frontières physiques incarnées par des clôtures, des murs, des rivières, des lignes de rivage, etc.)
3. Des zones : des lieux incarnant une identité particulière – le Marais à Paris, China Town à New York, les Marolles ou Matongé à Bruxelles, …)
4. Des embranchements : les croisements réputés dans les lieux publics (Place de l’Étoile à Paris, Schumann à Bruxelles, l’horloge de Grand Central, à New York, l’horloge sur la place de la Vieille ville à Prague, …)
5. Des points de repère : des points, insignifiants en tant que tels, discrets, qui aident à s’orienter sur les longues distances (les deux traits des GR, le coquillage de Compostelle, les bornes des routes, etc.)

Prenez vos marques, par ici !

 


Commentaires

  1. Avatar Photo bijoux dit :

    Bonjour,Merci pour ce partage.

  2. Avatar boussole dit :

    C’est vrai que la nivigation sur internet ressemble à celle qu’on fait dans la rue ! bien joué ! 🙂

  3. Avatar Popov dit :

    Très bon parallèle.
    Difficulté supplémentaire, sur un site web il existe autant de points d’entrées que de pages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez chroniqueur

Vous souhaitez devenir chroniqueur ou nous soumettre un article? Rien de plus simple.

Ça m'intéresse

#EPW sur Twitter

#EPW sur Facebook

À propos

Votre blog Écrire pour le web en chiffres
  • Plus de 25.000 sessions par mois
  • Plus de 35.000 pages vue chaque mois
  • 1500 abonnés à la newsletter
  • Créé en 2006
  • 1e position dans Google sur des expressions métier
En savoir plus