Wayfinding - Mais que fait l'architecte de l'information? Un article WAW, votre agence éditoriale

Étiquettes : , ,

Vous connaissez le concept de wayfinding? Le terme fait référence au processus commun d’orientation, d’identification et d’information visuelle dans un espace. Une approche qui s’applique parfaitement à l’organisation de l’information et l’architecture de vos pages Web…

Wayfinding: dis-moi où je suis, je te dirai où je vais

Tout visiteur, dans une ville étrangère par exemple, se pose 3 questions par rapport à l’espace environnant. Il veut pouvoir aisément:

  • Repérer sa situation – Le visiteur doit pouvoir se situer ici et maintenant.
  • Décider de son orientation – Le visiteur doit pouvoir faire un choix délibéré d’orientation (pour autant qu’on lui indique le chemin pour aller où il veut).
  • Se représenter l’espace – Le visiteur peut-il se représenter l’espace dans lequel il évolue (ses clics et actions doivent lui permettre de prédire où il va aboutir).

Ces 3 critères ont été élaborés dans les années 60 par l’architecte Kevin Lynch, qui leur a attribué conjointement le terme de « wayfinding », un concept qui désigne le processus d’orientation, d’identification et d’informations visuelles dans un lieu.
2 panneaux illustrant des accès aux ascenseurs ou au parking sur le toit. Purement illustratif

Dans sa recherche, Lynch a repéré que, généralement, les gens associent leur environnement à 5 types « d’outils »:

1. Des chemins : les rues, passages, tracés et chemins familiers (bus, métro, itinéraire boulot-dodo, etc.)
2. Des frontières : les frontières physiques incarnées par des clôtures, des murs, des rivières, des lignes de rivage, etc.)
3. Des zones : des lieux incarnant une identité particulière – le Marais à Paris, China Town à New York, les Marolles ou Matongé à Bruxelles, …)
4. Des embranchements : les croisements réputés dans les lieux publics (Place de l’Étoile à Paris, Schumann à Bruxelles, l’horloge de Grand Central, à New York, l’horloge sur la place de la Vieille ville à Prague, …)
5. Des points de repère : des points, insignifiants en tant que tels, discrets, qui aident à s’orienter sur les longues distances (les deux traits des GR, le coquillage de Compostelle, les bornes des routes, etc.)

Prenez vos marques, par ici !

 


Commentaires

  1. Avatar Photo bijoux dit :

    Bonjour,Merci pour ce partage.

  2. Avatar boussole dit :

    C’est vrai que la nivigation sur internet ressemble à celle qu’on fait dans la rue ! bien joué ! 🙂

  3. Avatar Popov dit :

    Très bon parallèle.
    Difficulté supplémentaire, sur un site web il existe autant de points d’entrées que de pages.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez chroniqueur

Vous souhaitez devenir chroniqueur ou nous soumettre un article? Rien de plus simple.

Ça m'intéresse

#EPW sur Twitter

#EPW sur Facebook

À propos

Votre blog Écrire pour le web en chiffres
  • Plus de 25.000 sessions par mois
  • Plus de 35.000 pages vue chaque mois
  • 1500 abonnés à la newsletter
  • Créé en 2006
  • 1e position dans Google sur des expressions métier
En savoir plus