YouTube, l'hypermédia de la désorientation

Étiquettes : , ,

Hypertexte et hypermédia, les hyperliens, dirigent le lecteur vers le contenu qui l’intéresse pour ne pas le perdre. YouTube fait-il exactement l’inverse?

L’hypertexte, c’est un des principes de base d’internet. Il désigne cette fonction qui permet de passer d’une information à une autre, en cliquant sur un hyperlien. L’hypermédia est l’extension de ce principe à des données multimédia. Tous les deux, ils permettent une navigation non linéaire. 

YouTube, rappelons qu’il s’agit de Google, a poussé loin ce principe. Très loin. Au point qu’on peut se demander si c’est en accord ou en contradiction avec les principes de navigation web…

Perdu dans YouTube

Qui, alors qu’il cherchait le résumé du match de la veille, ne s’est jamais « réveillé » 1h30 plus tard devant l’intégrale des Inconnus… après être passé par la reprise du tube du moment à la flûte de pan par un ado depuis sa chambre, et les pires chutes de skateboard du mois avec parties intimes écrasées?

Tout ça, c’est la faute de YouTube. Lui qui vous propose sur ses pages d’autres vidéos en lien hypermédia, pour vous aider à poursuivre votre expérience de navigation…

Grâce à l’hypermédia, YT simplifie le travail de repérage au point de nous le mâcher: il accélère le rythme de navigation et nous fait entrer petit à petit dans les profondeurs de son contenu. Pour nous y garder pour l’éternité…

Perdu par YouTube

L’intention de YouTube est louable: son système permet de détecter la concordance entre la vidéo que vous consultez, et d’autres vidéos dont le sujet est en rapport. Par conséquent, il vous les propose, notamment dans les zones suivantes:

  1. dans la colonne de droite à côté de la vidéo que vous êtes en train de lire
  2. via une bannière pub qui s’incruste dans votre vidéo pendant la lecture (exaspérant n’est-ce pas?)
  3. dans le player lui-même une fois la vidéo terminée, au moyen d’un quadrillage de l’écran en petits rectangles qui sont autant de liens hypermédias vers d’autres vidéos

YouTube, l'hypermédia de la désorientation

Et parfois, comme je le disais dans le premier paragraphe, on se demande quelle est la concordance entre le lien source et le lien cible.

Sur YouTube encore plus que sur n’importe quel autre site, plusieurs parcours de lecture sont possibles. C’est ce que l’on appelle la lecture non linéaire de l’information. Et le risque encouru est la désorientation du visiteur. Or, un visiteur désorienté sur un site web va vite trouver la porte de sortie: fermer l’onglet.

Ainsi, n’importe quel bon site internet est construit pour rassurer le lecteur en lui expliquant que si l’information qu’il cherche n’est pas sur cette page, un simple clic sur un lien hypertexte ou hypermedia l’enverra vers sa destination. Mais entre information complémentaire et labyrinthe de l’information, on a parfois l’impression que YT cherche à nous pommer.

 YouTube perdu dans son propre labyrinthe?

Un exemple que la stratégie éditoriale de YouTube enfreint certaines règles de base de la navigation web: la profusion de liens. Alors qu’on conseille de limiter le nombre de liens pour rester compréhensible par le visiteur, une page YT en est remplie.

D’un côté, on ne peut nier que YouTube a fait passer le lecteur d’un état de recherche de l’information à un état de consultation. Pour le plaisir… Et pour l’augmentation de la durée moyenne d’une visite sur le site YouTube. Très malin.

Mais d’un autre côté c’est aussi très déroutant. Exemple avec les bannières qui s’affichent pendant la vidéo: vous ne pouvez même pas profiter du contenu que vous avez choisi de consulter.

Dernière question: la pub ne vient elle pas brouiller cette stratégie? Présente sur la page YouTube, au lancement de la vidéo et désormais dans la vidéo elle-même, elle est toujours plus intrusive entre le lecteur et son contenu. Et ça, ça n’est pas destiné à maximiser son expérience de consultation…

D’autres exemples d’hypermédia et de désorientation volontaire? Un autre avis sur la stratégie éditoriale de YouTube? Dites-le dans les commentaires.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez chroniqueur

Vous souhaitez devenir chroniqueur ou nous soumettre un article? Rien de plus simple.

Ça m'intéresse

#EPW sur Twitter

#EPW sur Facebook

À propos

Votre blog Écrire pour le web en chiffres
  • Plus de 25.000 sessions par mois
  • Plus de 35.000 pages vue chaque mois
  • 1500 abonnés à la newsletter
  • Créé en 2006
  • 1e position dans Google sur des expressions métier
En savoir plus