Étiquettes : , , ,

Les catégories et tags, système de navigation propre au blog en constitue un des principaux atouts. Mais attention, pour assurer le bon fonctionnement de cette navigation, il y a des règles…

Que sont les catégories et les tags sur un blog? Comment fonctionnent-ils? Comment les utiliser à bon escient pour assurer une navigation efficace et une bonne expérience utilisateur?

Catégories et tags, qu’est-ce que c’est?

L’organisation de l’information sur un blog fait typiquement appel à deux clés d’accès thématiques: les catégories et les tags. De quoi s’agit-il?

Catégories – les catégories sont aux blogs ce que les rubriques ou items de menu sont aux sites Web. Ce sont les intercalaires de votre classeur, les tiroirs de votre armoire à dossiers. Les catégories servent à classer vos articles. Comme on le verra, un article peut (doit?) se trouver dans plusieurs catégories. Pour poursuivre l’analogie au site Web, les catégories sont le premier niveau de navigation sur un blog.

Tags – Les tags sont des mots-clés utilisés pour classer vos sujets traités dans les articles. Ce sont des étiquettes, des marqueurs qui permettent un classement facile et dynamique, mais aussi un regroupement intuitif et intéressant pour pouvoir rebondir d’un billet à un autre. C’est le deuxième niveau de navigation: les sous-catégories. Cependant, ces sous-catégories sont transversales à plusieurs catégories de premier niveau. D’où on les appelle mots-clés.

Les tags sont souvent représentés en « nuage ». Le nuage de tags reprend l’ensemble des mots-clés définis pour votre contenu et leur attribue une taille et une couleur de caractère différentes en fonction de leur indice de répétition. Souvent on procède selon le principe du dégradé : plus un mot-clé est répété dans le blog, plus le tag sera écrit en gros caractères et plus l’intensité de sa couleur sera élevée.

Navigation transversale

L’avantage de ces clés d’entrée thématiques réside dans le fait qu’elles diversifient les accès aux articles. En effet, il serait dommage (et même idiot, voire impossible) de limiter vos billets à une seule thématique. Dès que vous abordez un des thèmes (catégories) de votre projet éditorial, il va de soi que vous couvrez aussi, ne fut-ce que superficiellement, un autre thème ou sous-thème (tag) plus transversal.

C’est en cela, donc, que réside l’avantage majeur de l’architecture par thématique, qui doit être considérée comme un système ouvert et dynamique (mais néanmoins contrôlé).

Vocabulaire contrôlé

Vous pouvez attribuer plusieurs catégories et plusieurs tags à un même article. Cependant, il convient de ne pas abuser de ces outils de classement.

Au final, vous devez faciliter la navigation croisée dans vos articles et non semer la confusion dans l’esprit de vos lecteurs. C’est pourquoi, en bon père de vos contenus, vous dresserez, avant de vous lancer dans la rédaction à proprement parler, un vocabulaire contrôlé.

Par vocabulaire contrôlé, on entend une liste établie de termes normalisés à utiliser dans l’indexation des contenus, comme donc, les catégories et les tags. Ce vocabulaire contrôlé assure qu’un sujet sera classé en utilisant les mêmes termes préférentiels chaque fois qu’il est indexé.

Comme on l’a vu précédemment, l’indexation des contenus a 3 avantages : simplifier la recherche, unifier le travail collaboratif et formaliser la classification des contenus.

Premier niveau de navigation

Prenons un cas pratique : vous souhaitez publier un blog sur la communication en ligne. Vos principaux thèmes (catégories) seront:

  • Brand content
  • Content marketing
  • Ergonomie des contenus
  • Expérience Utilisateur
  • Image de marque & réputation
  • Médias sociaux
  • Plan de communication
  • Rédaction en ligne
  • Référencement
  • Relations publiques
  • Stratégie de contenu

Il va de soi que vous pouvez écrire un article dont le propos touche à la fois au content marketing, aux médias sociaux, à l’image de marque et à la stratégie de contenu. Ou à la rédaction en ligne, à l’expérience utilisateur, au plan de communication, aux relations publiques et au référencement.

Toutes les combinaisons sont, a priori possible. Cependant, vous veillerez, donc, à ne pas attribuer de trop nombreuses catégories à votre article. En général, je limite l’indexation des articles à 3 ou 4 catégories.

Second niveau de navigation

Il s’agit maintenant de choisir les sujets transversaux que vous allez traiter. C’est-à-dire les mots clés communs à plusieurs articles de catégories différentes et qui vont permettre de rebondir d’un article à l’autre. On comprend ici à quel point ces mots-clés enrichissent la profondeur de la consultation.

Sur votre blog dédié à la communication en ligne, ces tags seront les suivants:

  • Bonnes pratiques
  • Chiffres et statistiques
  • Evénements
  • Interviews & Témoignages
  • Revue de presse
  • Téléchargements
  • Trucs & Astuces

Vous aurez remarqué que mes tags font davantage référence à des formats éditoriaux, des types d’information que des thématiques en tant que telles. C’est un choix, naturellement. J’aurais pu opérer une autre approche, et choisir, pour mots-clés des sujets transversaux tels que, p.ex.,

SEO – qui serait traité dans les articles des catégories Content Marketing, Rédaction en ligne, Médias sociaux, Référencement
WEB 2.0 – qui reviendrait dans les articles des catégories Content Marketing, Expérience Utilisateur, Médias sociaux, Stratégie de contenu, …
Blogging – pour les articles des catégories Content Marketing, Rédaction en ligne, Référencement, Plan de communication, Stratégie de contenu, …
etc.

Ceci démontre à quel point le choix des catégories et des tags contribue à renforcer votre ligne éditoriale. En effet, un bon travail sur le vocabulaire contrôlé doit permettre au lecteur qui découvre la liste des catégories et tags de comprendre le propos, l’intention et le traitement informationnel proposé sur le blog en question. C’est dire s’il importe de concevoir cette navigation en amont de votre projet.

Contrôlé, donc, le vocabulaire

Dans le tableau ci-dessous, j’ai repris toutes les catégories (colonne) et les tags (rang) pour tester les combinaisons possibles. Les « x » indiquent ces combinaisons. Bonne nouvelle: j’ai suffisamment de quoi travailler sur les deux niveaux de navigation.

Attention, cependant : le tableau m’indique toutes les combinaisons possibles. Or, dans la réalité, il va de soi que mes articles ne pourront rassembler toutes ces catégories (je l’ai dit: je conseille de réduire le classement à 3 catégories) ni tous les tags (il est irréaliste d’attribuer tous les mots clés possibles à un article, bien sûr). Là encore, on essaiera, en toute vraisemblance, de réduire le nombre de tags à 3 ou 4 par article également.

Cette grille contribue, disais-je, à formaliser ma ligne éditoriale. Ainsi, je peux décider que certains thèmes seront préférentiellement traités de certaines manières : par des bonnes pratiques, des interviews et des propositions de téléchargement. Tel autre thème, en revanche, sera exclusivement traité sous d’autres angles: chiffres et statistiques, Interviews & Témoignages, Revue de presse.

On entre ici, véritablement, dans la partie stratégique de ma ligne éditoriale. Puisqu’il s’agit de fixer ses objectifs de communication et de les étayer par des formats éditoriaux précis.

Ci-dessous, vous trouverez une variation de ce tableau, qui présente des parti-pris éditoriaux. A chaque catégorie je fais correspondre max. 3 tags, qui correspondent donc aux types de traitement que je donnerai à ces sujets.

La grille des catégories (colonne) et tags (rangs) mais avec un choix de combinaisons imposé

Que constate-t-on? Entre autres, que je donnerai la part belle aux interviews et témoignages sur ce blog, ainsi qu’aux bonnes pratiques et trucs & astuces. Que je ne proposerai des ressources en partage (téléchargements) que pour 5 thèmes – mes coeurs de métier? – et que le tag Revue de presse ne sera utilisé que pour deux catégories, au point que je pourrais me demander s’il a sa place dans ce thesaurus.

De l’entretien de son thesaurus

Enfin, vous vous demandez peut-être si je resterai psychorigide rigoureuse tout au long de la durée de vie de mon blog. Non. Rien ne m’oblige, évidemment, à garder cette ligne éditoriale sur un très long terme.

Je peux, au bout de quelques mois, après avoir étudié et interprété mes statistiques, et/ou après avoir vu les opportunités que me procuraient les actualités dans mon domaine, changer de cap, adapter mes combinaisons catégories et tags.

Dernière remarque: vous aurez remarqué que je classe mes catégories et tags par ordre alphabétique. C’est le classement par défaut utilisé sous WordPress. Mais vous pouvez en changer, pour créer une hiérarchie plus proche de vos coeurs de métier ou de vos objectifs de conversion, ou des intérêts de vos lecteurs,  ou pour toute autre raison valable au niveau éditorial et de l’expérience utilisateur.

Mais vous, comment gérez-vous vos catégories et tags sur votre blog?

 

[page_announcements]

 


Commentaires

  1. Avatar Marie-Aude dit :

    Bonjour
    cette approche est intéressante. Surtout parce qu’elle montre qu’on peut finalement classer un contenu important avec peu de marqueurs.

    Mais puisque vous posez la question ^^ j’ai tendance à faire assez différemment.

    D’abord, depuis que WP permet d’avoir des classifications supplémentaires, je les utilise avec bonheur. Ce n’est pas très différent « en soi » que d’utiliser plusieurs catégories pour un article, mais cela permet en fait de rajouter des axes d’analyses.
    Mes catégories sont assez fixées, organisées à l’avance, elles structurent la thématique du site.

    Mes tags, en revanche, sont nettement plus fantaisistes, si les catégories sont des classeurs, les tags sont les post-it qu’on met sur un passage intéressant. Peut être qu’il y aura seulement un seul post-it sur le thème peut être plusieurs.
    Ou bien ils indiquent une information qui est importante (comme par exemple la version de WordPress quand je fais un article technique), mais qui ne justifie pas une catégorie à elle toute seule.

    1. Bonjour,
      merci beaucoup pour votre contribution. Votre approche est à la fois courante et plus « naturelle » mais que se passe-t-il pour votre utilisateur qui, cliquant sur un tag, ne voit pas d’autres articles sur le même sujet. Comment fait-il également, lui, pour gérer, l’inévitable très grande quantité de tags au bout d’un moment? Mon souci est bien de permettre à l’utilisateur de naviger encore plus profondément dans les thématiques, sans jamais rester sur sa faim…

  2. Avatar Marie-Aude dit :

    Rien n’empêche d’indiquer le nombre d’articles liés à un terme 🙂
    Quand à gérer la quantité de tags, est ce que vous parlez du lecteur du blog ou de son rédacteur ?

    Pour le lecteur, je ne lui propose pas une page avec tous les tags. Il voit seulement les tags d’un article donné.

    Pour le rédacteur… cela fait partie de son travail de base, je pense, de gérer la classification de son contenu. Il y a des outils qui peuvent aider, comme certains plugins sur WordPress, mais je ne les utilise pas et la tâche ne me parait pas insurmontable 🙂

  3. Avatar Marie-Aude dit :

    J’ajouterais que … en terme d’expérience utilisateur, un captcha qui ne donne pas un message d’erreur exact, c’est exaspérant. Déjà qu’un captcha pour un blog où les commentaires sont modérés, je trouve que cela fait beaucoup.

  4. @Marie-Aude. Oui, la mention du nombre d’articles associés aux tags, c’est l’idéal en effet. Merci de me faire remarquer le problème du message d’erreur sur le plugin captcha (et désolée pour l’irritation subie). Je n’aime pas non plus le procédé, mais je l’ai intégré après avoir été abusivement spammée à une période. Bonne continuation et merci encore pour l’échange.

  5. Avatar Tunisie annonce dit :

    Moi j’ai fais deux niveau de tags et de plus j’ai fais une relation entre eux. Donc à chaque article, je montre ses tags et les tags qui relient ce meme tag ainsi que les tags fils s’il y en a.

    1. Hello. Pas sûre d’avoir tout compris. Notamment la notion des tags qui relient le même tag. Mais merci pour votre commentaire.

  6. Ping : Mémento pour bien intégrer un post sous Wordpress. Titre: 70 car. max. | Écrire Pour le Web

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez chroniqueur

Vous souhaitez devenir chroniqueur ou nous soumettre un article? Rien de plus simple.

Ça m'intéresse

#EPW sur Twitter

#EPW sur Facebook

À propos

Votre blog Écrire pour le web en chiffres
  • Plus de 25.000 sessions par mois
  • Plus de 35.000 pages vue chaque mois
  • 1500 abonnés à la newsletter
  • Créé en 2006
  • 1e position dans Google sur des expressions métier
En savoir plus