Digital au Maroc : clic et choc

Le digital fait-il bouger le monde ? Il semble que oui. Le digital au Maroc, par exemple, impressionne : c’est un clic, c’est un choc, c’est une révolution.

De nombreux experts se réunissent chaque année au Maroc pour échanger sur les avancées technologiques, les innovations digitales, le big data, et cetera.

La notion du prix domine dans l’esprit du Marocain et le digital remet en question toute la chaîne commerciale.

Le like, le love, le waouh et autres émoticônes régulent la vie quotidienne des Marocains. La maîtrise du « clic » est aujourd’hui une évidence, dans mon pays en pleine transition démocratique.

Le digital au Maroc fait de l’acteur, la cible

Les acteurs les plus impactés par le digital au Maroc sont les entreprises, les associations, les ménages et le gouvernement. Tout le monde parle de « Digital », même les magazines lifestyle et luxe. Ils leurs consacrent régulièrement un dossier spécial.

Au cœur de cette transition numérique, l’immédiateté et la flexibilité des opérations prime. On s’étonne même que ce phénomène se soit imposé par lui-même dans une société où 50 % de la population est analphabète.

Une transformation et un remaniement général des process voient le jour dans la majorité des grands groupes marocains. Le secteur bancaire, notamment, est le plus actif au niveau des innovations de services et de produits.

Événements, commerce, banque : les premiers digitalisés

La tendance émergente est également aux salons en ligne, aux marketplaces, au e-commerce, au paiement par carte, aux prestations de service et au shopping en ligne. Les applications mobiles sont également développées par diverses structures, notamment les entreprises nationales, les start-ups et les sociétés organisatrices d’événements tels que des festivals et autres manifestations impliquant un jeune public, de moins de 25 ans.

La confiance, au coeur de la transition digitale

L’une des principales valeurs que le Marocain « pressé » prône est la confiance. Sans surprise, un Marocain qui décide de placer sa confiance en une interface web ou une plateforme technologique telle que Careem, sorte de rival de Uber au Moyen-Orient , est un Marocain engagé qui prend la peine d’utiliser internet et son smartphone au quotidien.

Digital au Maroc : les avatars d'ailleurs
Le Marocain est en quête permanente de fluidité, de transparence dans son trajet d’achat digital. Il recherche des tarifs adaptés à son pouvoir d’achat. La notion du prix est au cœur de la structure mentale du marocain et le digital apporte la possibilité d’évoluer à prix réduit.

L’importance du contenu, avérée

La communication digitale, c’est délicat. C’est une synergie entre plusieurs compétences, avec pour but de produire du contenu de qualité sur le long terme, tout au long du trajet d’achat. C’est aussi la capacité à gérer une communauté de plus en plus jeune et autonome, pour ne pas dire réactionnaire.

La tendance du contenu digital au Maroc est nette: les internautes marocains exigent des informations courtes, exactes et vérifiées. La qualité est presque tout aussi importante que la constance des interactions.

Le Marocain n’aime pas être harcelé d’informations car il prend généralement le temps de lire, contre toute attente. Chaque post est une histoire à raconter car le Marocain aime les histoires, aime rêver et se détacher du quotidien.

Le marketing digital, une priorité au Maroc

Le digital au Maroc est aujourd’hui une priorité. Le marketing est directement impacté. Toutes les entreprises choisissent de communiquer sur les réseaux sociaux (Facebook, Instagram, Snapchat, Twitter, LinkedIn) en fonction du produit commercialisé et de leur ADN virtuel.

Basée sur une stratégie digitale, une segmentation, un ciblage et un positionnement précis et mesurés, cette communication se veut être le leitmotiv de l’entreprise dans le monde virtuel. Une communication qui créée une identité d’entreprise en ligne.

La perception, la réputation devenant « e-réputation » de l’entité change et évolue en fonction du contenu produit et des attentes des internautes. Un contenu allant du général au particulier fidélisera à coup sûr l’internaute.

Influenceurs, vloggers, ambassadeurs de marque : bienvenue dans le monde 3.0 des relations publiques

Les partenariats entre les blogueurs et les marques tous segments confondus ne cessent de voir le jour au Maroc. Facebook en est la preuve. Ces partenariats sont une négociation ficelée entre les deux parties sous la forme d’articles et de posts sponsorisés.

Cette décision a un réel impact sur les internautes car après avoir visionné une vidéo ou un contenu produit par un leader d’opinion, sa vision de la vie change. Le marché du blogging au Maroc est en plein expansion. Nous pouvons d’ores et déjà dire que nous avons des bloggeurs spécialisés dans les secteurs de la gastronomie, du voyage, de la mode et bien d’autres.

Le marché florissant des petites annonces en ligne

Digital au Maroc : bonnes affaires

Prenons en dernier lieu l’exemple du leader des petites annonces en ligne au Maroc, Avito.ma. Tout s’y vend, ou presque. Ce site a su à travers un business model flexible s’adapter à la culture du Marocain Lambda. Challenge relevé, puisque c’est plus de la moitié des internautes au Maroc qui utilisent Avito quotidiennement. Tout y est facile et accessible : de l’inscription jusqu’à la publication de l’annonce.

[Auteur invité : Malika Msefer, passionnée par le monde magique du digital]

Sources :


Devenez chroniqueur

Vous souhaitez devenir chroniqueur ou nous soumettre un article? Rien de plus simple.

Ça m'intéresse

#EPW sur Twitter

#EPW sur Facebook

À propos

Votre blog Écrire pour le web en chiffres
  • Plus de 25.000 sessions par mois
  • Plus de 35.000 pages vue chaque mois
  • 1500 abonnés à la newsletter
  • Créé en 2006
  • 1e position dans Google sur des expressions métier
En savoir plus