gare aux snippets: les moteurs de recherche font leur marché

Étiquettes : , ,

Quand les moteurs de recherche affichent d’autres titres et descriptions que ceux que nous renseignons, ce sont des snippets. Explication.

Google, Bing et Yahoo prennent pas mal de libertés quant à l’affichage des résultats dans leurs SERPs. Même si vous renseignez correctement votre titre (H1) et votre balise meta-description, il se peut que les moteurs de recherche choisissent d’autres parties de contenus pour présenter votre page aux internautes.

Pourquoi Google, Bing et Yahoo modifient nos balises?

L’article Title Selection Algorithms and User Satisfaction » (PDF) répond en partie à nos interrogations (accrochez-vous, c’est technique!). Il a été rédigé par l’un des ingénieurs de chez Yahoo. Voici les sources où les moteurs de recherchent vont faire leur marché, à la recherche de contenus qui leur semblent plus pertinents:

Vous écrivez avant tout pour des êtres humains, pas pour les moteurs de recherche. Eux l’ont bien compris et misent sur la pertinence de vos contenus pour les proposer aux internautes.

  • La balise Title de la page
  • L’ancre des liens externes pointant vers votre page
  • L’ancre des liens internes
  • Le titre de la page ou du site sur l’annuaire Dmoz
  • Contenus des balises H2, H3, …

Méta-description vs. Snippet

Si vous avez « oublié » d’indiquer votre balise meta description, si elle est trop courte ou que les moteurs de recherche la jugent inopportune, ils partent en quête de fragments de texte dans votre page pour générer un « snippet ». En général, il s’agit d’un morceau du début de votre article, s’il est considéré comme pertinent par Google, Yahoo et Bing.

Un score attribué à chacune de vos phrases

Dans un article très instructif publié sur Propulseo, l’auteur explique les « 3 types de signaux » qui influencent le score de chaque ligne de texte. La phrase qui obtient le plus de points serait sélectionnée pour devenir le snippet affiché à la place de votre meta-description.

  • La pertinence de la phrase en elle-même : le moteur de recherche attribue un score en fonction de la qualité du texte (nom propres, marques, faible utilisation de mots génériques, proéminence,…)
  • La pertinence par rapport à la requête de l’utilisateur : chaque ligne est décortiquée en fonction des mots clés encodés. Le score dépend de la densité des termes recherchés trouvés dans une phrase.
  • L’objet de la requête : à partir du type de recherche (information, achat, navigation), le score de chaque ligne peut varier. Pour une même page, les moteurs peuvent proposer plusieurs snippets en fonction de la recherche.

Gardez le contrôle de vos balises 

Comment déjouer ce terrible complot? C’est « simple »: restez honnête et pertinent. Le temps où on remplissait (pour ne pas dire « gavait ») nos balises de mots-clés est révolu. Les moteurs de recherche sont plus intelligents, ils évoluent et nous devons nous adapter, jouer carte sur table. C’est la dure loi de la sélection « naturelle », sans mauvais jeu de mots.

  • Proposez un titre et une description vraiment pertinents par rapport à votre contenu. Si vous parlez de soupe au potiron, ne mentionnez pas la tarte tatin (chère à mon cœur) dans vos balises, même si elle est plus populaire que votre bouillon.

  • Recyclez votre meta description: c’est ce que nous faisons sur Ecrire pour le Web, notre description est également le chapô de nos articles. Comme les moteurs de recherche tendent à prendre les premières lignes de nos contenus comme Snippet, nous augmentons nos chances de garder le contrôle.

  • Veillez à ce que vos liens sources soient cohérents avec vos liens cibles. En d’autres termes, si vous proposez un lien vers « un article sur Filter Bubble », il doit amener sur un article dont le titre mentionne « Filter Bubble ».

  • Mettez-vous à la place de vos utilisateurs et scrutez les résultats proposés par Google, Bing et Yahoo pour différents termes de recherche. Les snippets proposés sont autant de sources d’expressions clés et de morceaux de phrases pertinents.

    Evitez le duplicate content de vos balises. Soyez créatif, on sait tous que Google (et les autres) déteste ça.


Commentaires

  1. Quentin dit :

    Un bon moyen de garder le contrôle, c’est aussi tout simplement d’adapter son contenu, et de le rendre plus facilement compréhensible par Google. En effet aujourd’hui les classiques balises meta ne suffisent plus. Les données structurées (Micro-formats, micro data, RDFa … qui se cachent en réalité derrière l’appellation Google Rich Snippet) sont là pour enrichir le contenu de vos pages et rendre les informations pour facilement compréhensibles par Google … Et en conséquence rendre l’affichage de ces informations plus pertinents. Facebook aussi utilise les données structurées pour afficher correctement une page sur son réseau, faire des applications …

    Google, Yahoo et Bing se sont mis d’accord sur le choix du langage micro-data, avec comme dictionnaire de vocabulaire Schema.org. Je vous invite à allez voir ce site ! Si vous voulez vous lancer, voici quelques outils pratiques :
    Pour vous aider à structurer vos pages : http://schema-creator.org/

    Pour vérifier les données structurées trouvées dans la page : http://linter.structured-data.org/

    Si on fait le test avec cette page web, on remarque que « écrire pour le web » a mis en place les balises pour Facebook (Open Graph) :

    rdf:type http://types.ogp.me/ns#article
    og:description Quand les moteurs de recherche affichent d’autres titres et descriptions que ceux que nous renseignons, ce sont des snippets. Explication.
    og:image https://www.ecrirepourleweb.com/wp-content/uploads/2013/02/snippet-moteurs-de-recherche-marche-300×187.jpg
    og:locale fr_FR
    og:site_name Écrire Pour le Web
    og:title Gare aux snippets: les moteurs de recherche font leur marché
    og:type article
    og:url https://www.ecrirepourleweb.com/gare-aux-snippets-les-moteurs-de-recherche-font-leur-marche/

    … Mais vu les infos présentes dans la page, on pourrait avoir beaucoup plus de données structurées, comme l’adresse physique de « We are the words », le tel, le mail, l’auteur de l’article ….etc !

    1. Bonjour Quentin, merci pour votre commentaire très complet et structuré.
      Cela dit, rentrer dans ce niveau de détail n’était pas l’objectif de l’article.
      Cela devient beaucoup plus technique et risque de ne pas être accessible à l’ensemble de nos cibles.
      En ce qui me concerne, je file sur vos liens, qui sont des sources très intéressantes.

      Bonne fin de semaine!

  2. truffo dit :

    Cela fait quelques années maintenant que les moteurs de recherche n’affiche plus les balises description comme des bourrins.

    J’avais fais une étude au début de l’année dernière : Google récrivait le meta description dans 35% des cas http://truffo.fr/2012/03/google-reecrit-la-meta-description-dans-35-des-cas/

  3. David dit :

    Merci pour l’article.
    Je pensais que la réécriture ne se faisait qu’en cas d’absence de meta description.
    L’astuce du chapô est astucieuse et facilite grandement l’écriture. C’est très pratique notamment dans notre cas où nous gérons 17 pays et ne parlons pas toutes les langues :o))

    Merci pour les liens Quentin

    1. Bonjour David,

      merci pour votre commentaire et votre partage d’expérience 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez chroniqueur

Vous souhaitez devenir chroniqueur ou nous soumettre un article? Rien de plus simple.

Ça m'intéresse

#EPW sur Twitter

#EPW sur Facebook

À propos

Votre blog Écrire pour le web en chiffres
  • Plus de 25.000 sessions par mois
  • Plus de 35.000 pages vue chaque mois
  • 1500 abonnés à la newsletter
  • Créé en 2006
  • 1e position dans Google sur des expressions métier
En savoir plus