L'hypocorrection, une piste pour le community management?

Étiquettes : , ,

L’hypocorrection, c’est s’exprimer en faisant des fautes délibérées. Cela peut-il être une piste à creuser pour une marque sur le web?

En me promenant sur la page Facebook d’un troll, j’ai découvert la définition de l’hypocorrection. Et je me suis rendu compte qu’on en voyait partout sur les réseaux sociaux. Une certaine catégorie d’internautes écrit délibérément des messages bourrés de fautes pour singer une autre catégorie qui écrit involontairement des messages bourrés de fautes…

Surprise, on constate assez peu de marques d’hypocorrection sur les comptes officiels des marques.

Or se corriger est déjà bien assez difficile, alors pourquoi s’astreindre à s’hypocorriger?

Comprendre l’hypocorrection

« L’hypocorrection est l’introduction, dans le discours d’une personne, d’éléments comme des hésitations, des formulations incorrectes ou un vocabulaire d’un registre familier ou peu étendu, de façon plus ou moins consciente, et par stratégie de communication ou dans le cadre des interactions avec son ou ses interlocuteurs », Wikipédia.

Les marques de l’hypocorrection

Qu’est-ce qui caractérise cette façon de s’exprimer?

  • La répétition et les petits mots comme bon, alors, quoi, donc
  • des reformulations successives
  • des hésitations
  • un registre de langue moins soutenu que son registre habituel

Où la trouve-t-on?

On trouve à l’origine la technique de l’hypocorrection dans le langage oral. Sauf qu’elle est difficile à déceler car le locuteur y recourt pour que le récepteur ne s’aperçoive justement pas de la différence de niveau d’expression qui les sépare.

C’est l’idée des leurres discursifs exprimée par Claire Maury-Rouan*.

Les leurres discursifs, une technique de community management?

Demandons-nous si les leurres discursifs sont une piste pour le community management des marques. Surprise, on constate assez peu de marques d’hypocorrection sur les comptes officiels des marques. Or les réseaux sociaux sont caractérisés par l’immédiateté, un langage très parlé voire une orthographe chaotique, et une ponctuation qui se simplifie. Certains parlent de « langage kikoulol ».

En clair, on s’attendrait à trouver plus d’exemples de langage kikoulol sur Twitter et Facebook. J’aurais juré qu’Oasis y recourait beaucoup plus que ça. Et Red Bull, et Primark?

Il semble que la frilosité soit encore de mise et que les CM jugent que l’image de marque serait plus malmenée que valorisée par le recours à un langage incorrect. Pourquoi n’utilisent-ils pas les leurres discursif pour diminuer la distance avec leur communauté? Pour négliger l’hypocorrection dans les stratégies qui visent à  favoriser l’interactionet le partage?

Connaissez-vous des exemples d’hypocorrection en ligne sur des supports de marques? Si oui, faites-les moi connaître en commentaire!

Source: Le flou des marques du discours est-il un inconvénient? Vers la notion de leurre discursif, Claire Maury-Rouan, Université de Provence, 2001.

Crédits: Gratisography.com


Commentaires

  1. Bonjour,

    Excellent mais je me relis deux fois plus maintenant, car je ne souhaite pas passer de l’hippo qu’on drie à l’hyppo qu’on corrige.
    Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez chroniqueur

Vous souhaitez devenir chroniqueur ou nous soumettre un article? Rien de plus simple.

Ça m'intéresse

#EPW sur Twitter

#EPW sur Facebook

À propos

Votre blog Écrire pour le web en chiffres
  • Plus de 25.000 sessions par mois
  • Plus de 35.000 pages vue chaque mois
  • 1500 abonnés à la newsletter
  • Créé en 2006
  • 1e position dans Google sur des expressions métier
En savoir plus