Lecture à l'écran: quelques principes fondamentaux

Étiquettes : , , ,

La lecture à l’écran est inconfortable, par définition. Ne l’oubliez pas quand vous écrivez pour le Web.

Adapter ses écrits pour la lecture à l’écran, c’est agir sur la vitesse et le confort de lecture de l’utilisateur.

• 79 % des utilisateurs lisent les pages en diagonale
• La lecture sur écran est 25 fois plus lente que sur support papier.

Ces chiffres légendaires (ils datent de 1996, sont signés Jakob Nielsen, le guru de l’ergonomie Web) continuent de régner en religion sur l’écrit Web.

C’est pour cela qu’on a tendance à réduire la longueur des blocs de textes. Pas des textes, mais des blocs qui les composent: chapôs, chandelles, encadrés, paragraphes, … 

La lecture à l’écran? Butinage et balayage…

L’internaute a tendance à ne pas lire un seul, grand bloc de texte en entier. La nature même du contenu web a exercé l’œil à balayer l’espace-écran, pour achopper sur les éléments saillants (dits aides à la lecture), qui ressortent : intertitres, citations, listes à puce, entrées de paragraphes. Cette lecture en diagonale, si rien n’incite le lecteur à poursuivre, risque de rester une lecture en surface.

Lecture à l’écran ou mémorisation par bloc?

Chunking. C’est le terme anglais pour mémorisation par bloc. Le chunking consiste à regrouper l’information par paquets (chunks) formant des entités uniques, plus facilement mémorisables en mémoire à court terme.

[notification type= »alert-warning » close= »false » ]Un exemple? Les numéros de téléphone, dont on regroupe les chiffres.

  • Un numéro de téléphone contient 10 chiffres (en France). Mais nous les regroupons en entités constituées de deux numéros.
  • 01.23.45.67.89 est plus facile à retenir que la suite des 10 mêmes chiffres, pris un par un : 0.1.2.3.4.5.6.7.8.9.[/notification]

Lecture interactive surtout

Au comportement zappeur de l’internaute, s’ajoute sa propension à vouloir interagir: cliquer,  rechercher, agréger, sauvegarder, partager, … Le lecteur est aussi acteur des contenus qu’il consulte. Du reste, c’est la promesse de l’hypertexte, qui invite à un mode de lecture non linéaire, sautant d’un noeud (lien sémantique) vers un autre, puis un autre…

5 réflexes de lecture à l’écran à retenir

Les études ne manquent pas, qui nous renseignent sur les comportements de lecture à l’écran. Résumons quelques-unes des grandes tendances, qui doivent influer sur notre mode d’écriture.

  1. Les utilisateurs sont attirés d’abord par le haut de la page (le logo et l’en-tête) et plus particulièrement par le triangle supérieur gauche.
  2. Les titres en haut de page attirent l’œil plus que tout autre élément dans la page.
  3. Les tout premiers mots du titre d’une page sont déterminants. Ils motivent (ou pas) l’utilisateur à poursuivre sa lecture.
  4. Les utilisateurs ne donnent que quelques secondes au titre de la page pour les convaincre.
  5. Les paragraphes courts sont plus lus que les paragraphes longs.

Et un petit dernier pour la route: remplacez les mots longs par des mots courts. Et vous quel est votre conseil pour faciliter la lecture à l’écran?


Devenez chroniqueur

Vous souhaitez devenir chroniqueur ou nous soumettre un article? Rien de plus simple.

Ça m'intéresse

#EPW sur Twitter

#EPW sur Facebook

À propos

Votre blog Écrire pour le web en chiffres
  • Plus de 25.000 sessions par mois
  • Plus de 35.000 pages vue chaque mois
  • 1500 abonnés à la newsletter
  • Créé en 2006
  • 1e position dans Google sur des expressions métier
En savoir plus