Le langage simple au service du SEO

Étiquettes : , ,

Un langage simple permet de comprendre et entendre du premier coup une unité d’information. Un must sur Internet, média de la demande. Explications.

En anglais, on parle de « plain language » lorsqu’on veut évoquer un langage simple. Mais qu’entend-on par langage simple ? Si l’on se place du côté du recepteur-lecteur, un langage simple consiste à comprendre et entendre du premier coup un contenu. En ancien français « entendre » et « comprendre » pouvaient d’ailleurs tous les deux s’appliquer au domaine de l’intellection.

En d’autres termes, l’internaute doit pouvoir :

  • trouver ce dont il a besoin ;
  • comprendre ce qu’il trouve ;
  • utiliser ce qu’il trouve pour aller à la rencontre de ces besoins.

L’enjeu est majeur car nul n’a envie de perdre son temps sur le Web à traduire les différentes difficultés que peut présenter un texte.

Un service-client

C’est une question de gain d’énergie. Ainsi, on peut voir le « plain language » comme un service-client à part entière, déterminant en termes de crédibilité et de lisibilité.

Pour les professionnels, adopter une forme simple et claire pour la communication sur le Web est directement porteur d’économie matérielle. Ainsi, on évitera toutes les demandes d’informations complémentaires : téléphone, mails, envoie de brochures etc. Ne perdons pas de vue qu’une mauvaise communication se paie toujours cash !

Conseils pratiques

Il n’y a pas de recette miracle, ni de techniques vraiment définies. Mais en bref, il faut veiller à :

  • se mettre tout le temps à la place du lecteur
  • organiser logiquement le contenu
  • utiliser la voix active
  • faire usage de phrases courtes
  • faire appel à des mots communs, quotidiens
  • s’adresser directement au lecteur
  • disposer le texte dans un design lisible

Liens rapides


Commentaires

  1. Avatar Christian dit :

    Je peux te taquiner ?

    Une « unité d’information », pas sûr que tout le monde pense à la même chose à lisant ce terme.
    Sur le fond, plutôt que d’être « simple », je dirai qu’il faut être « reposant » sans faire insulte à l’intelligence du lecteur.

    Dosage obligatoire en fonction de son lectorat.

  2. Hello Christian, tu as raison. C’est un peu flou, ce terme « Unité d’information ». Par contre, je ne suis pas sûr que le critère « reposant » soit orthodoxe…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez chroniqueur

Vous souhaitez devenir chroniqueur ou nous soumettre un article? Rien de plus simple.

Ça m'intéresse

#EPW sur Twitter

#EPW sur Facebook

À propos

Votre blog Écrire pour le web en chiffres
  • Plus de 25.000 sessions par mois
  • Plus de 35.000 pages vue chaque mois
  • 1500 abonnés à la newsletter
  • Créé en 2006
  • 1e position dans Google sur des expressions métier
En savoir plus