Pourquoi les jeunes quittent Facebook

Étiquettes : , ,

Depuis 2011, plus de 10 millions d’ado ont déserté le géant de réseaux sociaux. Pour quelles raisons les jeunes quittent Facebook? Et surtout, où vont-ils?

Facebook, on l’aime et on le déteste. « C’est moche, trop de pubs, pas sécurisé mais tous mes potes sont dessus, alors… »
Malgré ces remarques, près de 4,7 millions de lycéens et 7 millions d’étudiants universitaires ont cessé d’utiliser le réseau social en 3 ans. En comptant ces abandons et les réinscriptions, on compte environ 25,3% de jeunes de 13-17 ans en moins sur Facebook.

Les raisons pour lesquelles nos jeunes quittent Facebook

Les chiffres parlent d’eux-mêmes et les raisons de cet abandon ne sont pas tellement surprenantes.
Celle la plus entendue serait que les parents s’y mettent aussi. Oui, avouez qu’avant d’accepter sa mère en amie, on a tous hésité. Dans la pensée des ados, Facebook serait-il devenu ringard?

D’après une étude menée sur de jeunes américains, les ados seraient aussi lassés du trop plein d’informations inutiles que publient leurs contacts. Ils jugent même cela agressif et impudique.
En somme, plus notre réseau grossi, moins on ose poster. Famille, connaissances, collègues, patrons, nos posts deviennent de plus en plus sélectifs et le stress de voir son e-reputation compromise est loin de rendre Facebook agréable pour nos jeunes.

Si les jeunes quittent Facebook, on remarque un hausse de 41% chez les utilisateurs de 35-54 ans et 80% chez les 55 ans et +.

Enfin, ils se rendent compte qu’à force de lorgner des posts insipides de connaissances d’il y a 10 ans, ces jeunes s’éloignent de leurs vrais amis.

Ces entreprises qui en profitent

Vous l’aurez remarqué, une multitude de nouveaux réseaux sociaux fleurissent sur la toile dans le but de détrôner Facebook. Certains, comme Let, montrent clairement l’intention de rameuter un maximum de jeunes en reprenant les mêmes fonctionnalités que Facebook mais en imaginant un concept plus élitiste dans la qualité des statuts publiés.

Notez que jusqu’à maintenant, aucune de ces initiatives n’a encore bien fonctionné en Europe.

Du coup, où vont les jeunes?

Bons nombres de jeunes ne tarissent pas d’éloges sur Twitter, réseau social qu’ils jugent plus « intelligent » et plus sélectif. Le fait que leurs parents aient plus de mal à en comprendre la logique et le mécanisme les ont rapidement séduit.

Instagram connait aussi un succès grandissant, puisqu’il permet à tout le monde de devenir photographe et surtout de publier ses œuvres un peu partout. Et puis il y a Snapchat, qu’on ne présente plus. Son public est constitué essentiellement de jeunes et si l’esprit de communauté y est moins présent, la relation privilégiée entre ses contacts en mise en avant.

Démonstration avec Ross Gardiner, autrefois ambassadeur de Facebook, aujourd’hui heureux d’avoir quitté le réseau social.

Et vous, êtes-vous sur Facebook? Partagez-vous l’avis des jeunes à son sujet?


Commentaires

  1. Avatar Maximus Ave dit :

    Article intéressant sur les relations qu’entretiennent actuellement les jeunes avec Facebook. Mais doit-on craindre pour autant que Facebook soit en train de perdre sa suprématie ? Plutôt que de fermer définitivement leur compte facebook pour migrer ailleurs, les jeunes ne préfèrent-ils pas être présents sur plusieurs médias sociaux à la fois ? Enfin, Facebook n’est-il pas destiné à devenir un réseau social conservateur qu’on ne garde que par habitude et sur lequel il ne se passe plus grand chose de créatif ?

    Pour ma part, ce qui m’embête le plus sur Facebook, c’est que son filtre, qui détermine la portée d’audience de chaque post, est de plus en plus étroit et qu’on arrive à atteindre de moins en moins de followers.

    Salutations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez chroniqueur

Vous souhaitez devenir chroniqueur ou nous soumettre un article? Rien de plus simple.

Ça m'intéresse

#EPW sur Twitter

#EPW sur Facebook

À propos

Votre blog Écrire pour le web en chiffres
  • Plus de 25.000 sessions par mois
  • Plus de 35.000 pages vue chaque mois
  • 1500 abonnés à la newsletter
  • Créé en 2006
  • 1e position dans Google sur des expressions métier
En savoir plus