Étiquettes :

Rester accroché au monde papier

Une des grandes difficultés de l’adaptation du contenu Web est de cerner et de maîtriser les différences entre la communication pour un support imprimé et la communication pour un site Web. Vous allez me dire : « On sait, la lecture à l’écran oblige à accentuer la lisibilité ». C’est vrai mais il n’y a pas que cela.

Le « copier-coller » ne fonctionne pas dans le contenu Web, malgré la profusion d’exemples que nous recontrons tous les jours. Intégrer un contenu dans une page Web implique de prendre les autres pages en considération, et de faire des liens avec celles-ci. Par exemple, vous aurez constaté qu’au bas de chacun des péchés du Contenu Web, je renvoie, notamment, vers les épisodes précédents.

Parce qu’écrire pour le Web, c’est avant tout écrire pour un utilisateur qui cherche quelque chose, puis autre chose, puis encore autre chose. C’est écrire en lui donnant des liens, en lui permettant d’aller et venir dans les diffférentes couches du site : des pages de garde aux pages de contenu, à la page d’accueil, aux pages de contact, etc.

Ce que l’ami McGovern a très bien résumé en formulant son quatrième péché :

Ecrire pour le Web est différent d’écrire pour un support imprimé. Si vous ne pouvez voir la différence, regardez-y de plus près. Les rédacteurs Web écrivent pour des utilisateurs qui recherchent quelque chose. Ils clôturent toujours leur contenu par une série de liens. Ils rédigent des méta-données générales pour chaque section de contenu qu’ils conçoivent.

Plus d’infos

I’m locked in a print view of the world

Writing for the Web is not the same as writing for print. If you can’t see the difference, you need to look harder. Web writers write for how people search. They always finish their content with a set of links. They write great metadata for every piece of content they write.


Commentaires

  1. Genéralement, j’utilise des « parcours forcés » sur mes sites, de facon a pousser l’utiliseur a passer par les points que je veux lui indiquer et de le porter a la fin a n’avoir q’un choix, cliquer ou il faut. Mais il doit toujour penser qu’il est libre de choisir, et d’eviter qu’il ne s’enfuie! 😉

    Alex

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez chroniqueur

Vous souhaitez devenir chroniqueur ou nous soumettre un article? Rien de plus simple.

Ça m'intéresse

#EPW sur Twitter

#EPW sur Facebook

À propos

Votre blog Écrire pour le web en chiffres
  • Plus de 25.000 sessions par mois
  • Plus de 35.000 pages vue chaque mois
  • 1500 abonnés à la newsletter
  • Créé en 2006
  • 1e position dans Google sur des expressions métier
En savoir plus