Relecture et correction: 5 points pour améliorer vos écrits

Étiquettes : , ,

Augmentez le pouvoir de vos textes grâce à une relecture efficace. Check list d’une agence éditoriale pour une meilleure correction de vos écrits

Faites court. Toujours. On ne le répétera jamais assez. L’écriture Web évite les phrases compliquées ou alambiquées. Pour faire court, faites simple. Et choisissez aussi des mots courts. Si cette consigne n’est pas toujours évidente à appliquer lors de la rédaction, une relecture attentive permet de repérer directement les formules compliquées.

Une correction performante en 5 points

Comme le disait Saint Exupéry: « Il semble que la perfection soit atteinte non quand il n’y a plus rien à ajouter, mais quand il n’y a plus rien à retrancher. »

1. Cherchez des synonymes

Pour dynamiser vos phrases, osez un vocabulaire riche. Tant que possible, consultez un dictionnaire des synonymes. Allez vérifier les mots choisis par vos sources ou par vos inspirations. Attention, ne tombez pas dans l’excès inverse de truffer vos textes de jargon et mots compliqués. Évitez les clichés et surtout pensez toujours à votre audience.

2. Rédigez à l’avance

J’essaie toujours d’écrire mes contenus la veille de leur livraison. Quand je me relis le lendemain, les difficultés de lecture apparaissent d’elles-mêmes. Et la correction devient évidente. Pour votre relecture, appliquez aussi le conseil de Romain: relisez-vous trois fois! Une première fois pour vérifier le sens, une seconde pour le style et une troisième pour l’orthographe et la grammaire.

3. Faites relire par quelqu’un

Au moins une personne de votre équipe. Idéalement par une personne totalement extérieure qui vous indiquera clairement ce qu’elle a compris… ou pas! Donnez-lui le plaisir de gommer, de raturer, de barrer, de supprimer le maximum. Car comme le disait Saint Exupéry: « Il semble que la perfection soit atteinte non quand il n’y a plus rien à ajouter, mais quand il n’y a plus rien à retrancher. »

4. Ou relisez-vous à haute voix!

La moindre hésitation de tonalité permet d’identifier instantanément les phrases compliquées. Soyez attentif à votre respiration. Si vous êtes à bout de souffle avant la fin d’une phrase, c’est qu’elle est certainement trop longue! De plus, la relecture à voix haute aide à repérer les répétitions et comprendre la fluidité du texte. Autre conseil, pour plus d’efficacité, essayez de vous relire sur papier.

5. Effectuez une relecture critique

Au-delà des fautes et des coquilles, assurez-vous que les objectifs recherchés sont atteints. Votre écrit a t-il l’impact voulu? Apporte t-il suffisamment d’informations? Le message est-il clair? Est-ce que mon style ne met pas en péril le texte? Et bien sûr, comment l’améliorer?

Et vous? Appliquez-vous d’autres méthodes de relecture pour une correction efficace et pertinente de vos textes? 

 


Commentaires

  1. Excellents conseils! Pour ma part, je laisse toujours reposer au moins une nuit: le lendemain, tout est plus limpide. Cela vaut aussi pour la phase de rédaction (la phrase qui ne tourne pas comme il faut) ou le titrage.
    A l’ère du tout numérique, il faut aussi, pour une fois, ne pas hésiter à imprimer le texte: on voit souvent sur le papier des choses qui nous ont échappé à l’écran.

    1. Morgane Delaisse dit :

      Tout à fait Carine! Un bon texte, c’est comme un bon vin… Il faut le laisser décanter! 🙂

  2. Biller dit :

    Merci Morgane pour ces conseils,
    Je ne pratiquais pas encore la relecture à haute voix, et je trouve souvent des fautes à corriger en laissant macérer mon texte une nuit !
    Pour ce qui est de la recherche de synonymes je me sers beaucoup du dictionnaire du Centre de Recherche Inter-langues sur la Signification en COntexte (CRISCO) de l’Université de Caen : http://www.crisco.unicaen.fr/des/

    1. Morgane Delaisse dit :

      Merci François pour cette nouvelle source que je vais essayer de ce pas!

      Bien à vous,
      Morgane

  3. phil dit :

    Autre astice : ouvrez votre messagerie, insérez votre document à envoyer au client. Rédigez le message d’accompagnement PUIS ouvrez le document et relisez-le. Vous verrez au moins une correction à faire (sens, style ou orthographe). C’est très utile pour les documents que l’on a travaillé 1000 fois et… que l’on ne veut plus voir, d’où le risque. Evidemment, cela marche surtout avec les textes de quelques pages max.

    1. Morgane Delaisse dit :

      Merci Phil pour cette nouvelle astuce. Je fais parfois aussi une dernière relecture avant d’envoyer une pièce jointe.

      Bien à vous,
      Morgane

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez chroniqueur

Vous souhaitez devenir chroniqueur ou nous soumettre un article? Rien de plus simple.

Ça m'intéresse

#EPW sur Twitter

#EPW sur Facebook

À propos

Votre blog Écrire pour le web en chiffres
  • Plus de 25.000 sessions par mois
  • Plus de 35.000 pages vue chaque mois
  • 1500 abonnés à la newsletter
  • Créé en 2006
  • 1e position dans Google sur des expressions métier
En savoir plus