Étiquettes : , ,

Il existe quantité de méthodes pour planifier votre communication. Avec de la valeur augmentée, vous les mixez pour emmener votre cible en voyage.

En croisant les principes du cross-médias (en personnalisant votre contenu pour chaque support) avec les principes d’une stratégie éditoriale (en misant sur les informations à valeur ajoutée), vous obtenez des contenus à valeur augmentée.

Communiquer, c’est attirer l’attention et transmettre de l’information pour susciter de l’intérêt. Quand on a beaucoup de choses à dire, mieux vaut découper et adapter votre contenu aux différents supports à employer, donc.

Cela parce que la totalité de ce que vous avez à dire n’est pas relevant dans chaque cas. Il faut trier. Si vous proposez un concours, par exemple, vous ne détaillerez pas les marches à suivre sur le 20m2 placé près du ring de Bruxelles. Par contre, ces étapes pourront être résumées sur une annonce presse ou magazine, et devront impérativement se trouver sur votre site Web.

Créez une histoire qui ne manque pas de cachet

Lorsque je travaille sur une campagne de communication, je pense toujours à définir un message clé et à le reformuler, avant de définir et hiérarchiser les informations à valeur ajoutée, et ce pour chaque support de communication choisi.

Si votre cible n’aura pas été attentive à tous les chapitres de votre campagne, elle en aura certainement vu plusieurs parties. Découper votre récit sur plusieurs canaux (en veillant à ce qu’il soit continu), ou utiliser tel ou tel média pour enrichir votre histoire augmentera l’adhésion, voir l’immersion de votre public. Comme sur un site Internet, il est donc tout aussi important d’imaginer un parcours utilisateur pour votre campagne.

Vous pouvez alors planifier la distribution de vos contenus. Répétez les informations prioritaires (en les reformulant) sur chaque média, hiérarchisez-les suivant les caractéristiques de ces médias, et répartissez le reste de votre contenu selon votre parcours ou votre histoire, et leur adéquation avec tel ou tel support.

Vous avez alors les décors et les intrigues (ou les actions, les rebondissements, etc.) d’une histoire à raconter. Il suffit d’un peu d’imagination pour trouver un thème, ou une comparaison qui pourra lier le tout. Un peu comme je l’ai fait pour lier l’image et le texte de cet article.

Ne vous y perdez pas, un bon plan média se fait avec AIDA

La méthode AIDA est un formidable outil pour découper votre communication en campagne.

Ne distribuez pas votre contenu (ni votre budget) équitablement. Hiérarchisez les informations à communiquer selon AIDA pour définir un ordre d’importance entre vos différents canaux:

  • A pour attirer l’attention: Abribus, MOF, billboards, etc.
  • I pour susciter l’intérêt: A peu près tout sur Internet (avec une bonne stratégie de contenus Web), presse quotidienne, presse magazine, leaflets, etc.
  • D pour donner envie: les médias aspirationnels (TV, vidéo), ceux qui permettent de s’identifier (TV, vidéo, Internet) et ceux qui permettent de tester (stands, PLV, etc.)
  • A pour pousser à l’acte: Site Web, Packaging (souvent négligé), stands, PLV, etc.

Vous pouvez alors valoriser les médias qui répondent le mieux aux objectifs de la campagne à créer. Ce qui permet de distribuer son contenu et raconter son histoire intelligemment.

 

Pour enrichir votre imagination, lisez comment créer des titres étonnants et détonants.


Commentaires

  1. Avatar Pierre-Alain dit :

    J’avais toujours cru qu’aida était une simple technique de rédaction de lettres commerciales. Tu en fais une interprétation beaucoup plus large. Théorie personnelle ou développée ailleurs dans la littérature scientifique ? Je m’y connais peu en théorie de la communication…

    1. Avatar Loïc Blandin dit :

      Théorie apprise à l’école, avec une média planner.
      En fait, AIDA est une technique de communication au sens large. Aussi bien utilisée en marketing, en publicité, qu’en rédaction. Pour info, c’est le résultat d’un grand nombre d’études sur ce qu’on appelle les « leviers psychologiques » (voir aussi cognitif, affectif et j’ai oublié l’autre)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez chroniqueur

Vous souhaitez devenir chroniqueur ou nous soumettre un article? Rien de plus simple.

Ça m'intéresse

#EPW sur Twitter

#EPW sur Facebook

À propos

Votre blog Écrire pour le web en chiffres
  • Plus de 25.000 sessions par mois
  • Plus de 35.000 pages vue chaque mois
  • 1500 abonnés à la newsletter
  • Créé en 2006
  • 1e position dans Google sur des expressions métier
En savoir plus