Growth-Driven Design: l'optimisation performante en temps réel

Étiquettes : , , , ,

Fini les refontes de site web lourdes et inconséquentes! Avec le growth-driven design, l’heure est à l’optimisation agile et continue orientée croissance.

Faut-il vraiment refondre entièrement son site web tous les deux ans pour rester à la page de ses objectifs marketing? Pas pour le growth-driven design, une nouvelle approche de conception web centrée sur le principe de croissance du growth hacking. Son principe? Pérenniser les dispositifs digitaux pour booster les performances et réduire les coûts: budget, temps, efforts.

Le webdesign traditionnel est mort… vive le growth-driven design

Une bonne nouvelle pour les entreprises dont l’agenda est littéralement accaparé par de longues et épuisantes périodes de refonte de sites web qui gèlent la stratégie et la communication marketing pendant de nombreux mois, et donc aussi la génération de business. Et quand on sait que ces chantiers colossaux aboutissent à un produit déjà obsolète dont la durée de vie est de 3 mois seulement…

Mais ça, c’était avant ! Avant le growth-driven design – GDD pour les intimes. Aujourd’hui, plus question d’écraser les versions sans capitaliser sur les acquis. Les besoins des utilisateurs évoluent sans cesse, les tendances aussi: raison de plus pour concevoir un site web comme un produit en éternel développement orienté croissance.

Le growth-driven design est une systématique qui raccourcit les délais de lancement en se concentrant sur les changements à réelle valeur ajoutée, sur base de logiques d’apprentissage et d’amélioration permanente.

Le growth-driven design ou l’art de l’optimisation permanente

Le growth-driven design est une systématique qui raccourcit les délais de lancement en se concentrant sur les changements à réelle valeur ajoutée dans le design. Cette méthode se conçoit sur des logiques d’apprentissage et d’amélioration permanente. Moins risqués et moins coûteux, les livrables en cycle court du GDD peuvent être implémentés tous les 15 jours.

Optimiser plutôt que refondre, c’est la philosophie du growth-driven design qui entend bien tirer parti et profit d’une démarche itérative et agile de conception web. Comment? En concevant ses itérations en fonction:

  • Des attentes des cibles et prospects: le but premier du growth-driven design est de soutenir de manière directe la transformation de leads, en réponse aux besoins physiologiques et aspirations des clients et prospects. Son outil: le profilage des buyers personas pour adopter le design le plus convaincant et incitatif.
  • Des comportements des utilisateurs: le deuxième but du growth-driven design est maximiser le taux de conversion sur les dispositifs digitaux, en réponse aux parcours des utilisateurs. Son outil: l’analyse des datas, big et smart datas pour calibrer le design le plus adapté et ergonomique.

Les bons vieux principes de l’UX et de l’inbound marketing, me direz-vous? Oui! Le tout en modèle adaptatif à la fois intégré aux stratégies marketing et sales et en interaction permanente avec le cycle de vie des dispositifs. La grande plasticité du GDD aux besoins utilisateurs et objectifs marketing permet d’opérer de manière continue et fluide d’une version à l’autre. Mieux: en temps réel, sans mettre à l’arrêt les équipes et le business!

Les 4 phases du grotwth-driven design

Pour chaque sprint mensuel, le growth-driven design opère en 4 phases:

  • Planifier: émettre un ensemble d’hypothèses basées sur des observations préliminaires et la stratégie
  • Développer: designer et implémenter fonctionnalités et optimisations ergonomiques
  • Apprendre: collecter les informations statistiques et feedback qualifiés des utilisateurs
  • Transférer: partager les résultats et les confronter aux objectifs marketing
  • Replanifier….

Un cycle vertueux, des processus légers, des résultats quick-wins… L’avenir du webdesign, sans aucun doute.

Convaincu? Prêt à revoir les plans de votre prochaine refonte de site web?


Devenez chroniqueur

Vous souhaitez devenir chroniqueur ou nous soumettre un article? Rien de plus simple.

Ça m'intéresse

#EPW sur Twitter

#EPW sur Facebook

À propos

Votre blog Écrire pour le web en chiffres
  • Plus de 25.000 sessions par mois
  • Plus de 35.000 pages vue chaque mois
  • 1500 abonnés à la newsletter
  • Créé en 2006
  • 1e position dans Google sur des expressions métier
En savoir plus