Le growth hacking est sur tous les écrans. Mais pourquoi doit-on s’en soucier et encore plus, l’incorporer au content marketing?

Étiquettes : , ,

Le growth hacking est sur tous les écrans. Mais pourquoi doit-on s’en soucier et encore plus, l’incorporer au content marketing?

Plutôt que d’enfoncer les portes ouvertes, il faut proposer des contenus innovants, sortir des sentiers battus, jouer avec les limites.

Le growth hacking est une pratique marketing récente et innovante. Comme son nom l’indique, la croissance (growth) constitue son objectif majeur. Mais l’autre partie du terme semble un peu plus floue. «Hacking» signifie littéralement «pirater»… Que l’on peut comprendre par «détourner» les pratiques du marketing usuel. Mais pourquoi?

Grotwh hacking: pirater le marketing

Le hacking du marketing intervient dans un contexte où le marketing doit faire preuve d’inventivité et de créativité pour mettre en place des actions à moindre coût. Pour proposer des actions de masse tout en assurant une croissance remarquable avec très peu de coûts, cela nécessite des actions marketing non conventionnelles, inhabituelles. Et donc, de détourner le marketing usuel.

Et puisque sur le web, un objectif de croissance ne va pas sans une optimisation de la conversion, le growth hacker va recourir à divers médias comme le SEO, les Réseaux Sociaux, les Newsletters…Bref, il va finir par se pencher sur le content marketing!

Growth hacking: la croissance par la viralité

Pour grandir, une société doit obtenir plus de clients et en acquérir de nouveaux. Elle essaie d’augmenter le trafic sur son site pour augmenter les ventes tout en contrôlant ses résultats pour pouvoir s’adapter. C’est ce que lui permet le content marketing.

En produisant du contenu intéressant, pertinent, une marque peut attirer et fidéliser ses clients. Mais pour en acquérir de nouveaux, il va miser ses actions sur le « referral », la recommandation, le lien social. C’est pourquoi une branche importante du growth hacking est cette viralité, nécessaire pour grandir rapidement.

Content marketing et growth hacking, l’indissociable union

En termes de content marketing, il est important de proposer des contenus en lien avec les attentes utilisateurs. Et c’est là toute la difficulté: comment aligner les besoins clients avec les besoins de l’annonceur? Peu importe ce qu’on vend ou promeut, l’important est de rencontrer son audience, pour être lu. Il faut donc faire preuve de créativité pour proposer les bons contenus. Dénicher des opportunités pour les utiliser à son avantage.

Le meilleur exemple emblématique du mouvement est celui d’Hotmail ayant inséré en signature d’e-mails la mention « Ps I love You. Get your free email at Hotmail« . Ce petit geste lui aura rapporté plus de 20 000 utilisateurs en 1 mois et 1 millions en un semestre sans rien dépenser.

Un autre exemple actuel de grotwh hacking en content marketing est le netlinking ou le guest blogging: on innove dans le contenu, on écrit sur d’autres choses, différentes, tout en répondant aux attentes utilisateurs. Le partage peut être viral grâce au trafic rapporté par les différentes sources.

Une nouvelle manière d’appréhender le contenu

Le growth hacking se traduit dans la stratégie de contenu par une recherche des tendances et une impulsion d’aller au-delà. Plutôt que d’enfoncer les portes ouvertes, il faut proposer des contenus innovants, sortir des sentiers battus, jouer avec les limites.

Il faut oser tenter des expériences et en retirer les apprentissages pour réajuster le tir. Cela peut demander de gros efforts, un travail acharné mais qui en vaut la peine: avec à la clé de ce dur labeur une forte croissance espérée.

Et vous, comment envisagez-vous vos actions de growth hacking?


Devenez chroniqueur

Vous souhaitez devenir chroniqueur ou nous soumettre un article? Rien de plus simple.

Ça m'intéresse

#EPW sur Twitter

#EPW sur Facebook

À propos

Votre blog Écrire pour le web en chiffres
  • Plus de 25.000 sessions par mois
  • Plus de 35.000 pages vue chaque mois
  • 1500 abonnés à la newsletter
  • Créé en 2006
  • 1e position dans Google sur des expressions métier
En savoir plus