La longue traine en référencement: pour les nuls

Étiquettes : , ,

La longue traîne… C’est quoi ce truc obscur? C’est un élément indispensable à votre stratégie de référencement / positionnement. La preuve en images!

My Long tail(or) is rich, commencons par un petit schéma

Les néophytes sont souvent décontenancés face à ce graphique étrange et sa prétendue signification

Faisons abstraction de son appellation pour nous concentrer sur son principe général: plus l’expression clé est longue, plus le trafic qu’elle amène est qualifié et plus vos chances de conclure sont élevées. Voici ledit schéma, que j’affectionne particulièrement.

La longue traine en référencement ? Débroussaillons ce concept obscur

Plus l’expression est « longue » et qualifiée, plus le trafic qu’elle engendre sera qualifié.

Que voyons-nous? Décortiquons patiemment tout cela. Prenons un exemple qui va parler à tout le monde: les vacances! 

Le principe de la longue traîne permet de définir l’éventail des expressions clés sur lesquelles se positionner, et l’endroit idéal où les intégrer.

L’expression clé est générique (tête de longue traîne)

Internaute lambda veut partir en vacances, il effectue une recherche sur Google (ou peut-être ira-t-il sur Qwant, le nouveau moteur de recherche) et choisit les termes les plus génériques possibles: « partir en vacances ».

Ok ? Jouons le jeu:

Longue train référencement Partir en vacances dans Google

34 millions et des poussières de résultats proposés pour partir en vacances.

Internaute lambda est chanceux, les résultats ne manquent pas. Mais est-ce que ces termes,  si peu qualifiés, sont encore recherchés par « beaucoup de gens »? Réponse en image:

Longue traine: le succès du départ en vacances

Sur un mois, Google répond 165 000 fois à la question « partir en vacances », en France.

« Partir en vacances » est un terme de recherche très sollicité par les utilisateurs de Google. Il est populaire. Les 34 millions de pages qui se sont positionnées dessus l’ont bien compris (cela dit, il ne faut pas être un as du référencement pour le découvrir).

Conclusion pour l’expression clé de la tête de longue traîne, courte: la demande est forte, le trafic généré sur ces termes de recherche est très élevé, mais pas réellement ciblé. C’est un peu au petit bonheur la chance. L’utilisateur ne sait pas vraiment ce qu’il veut (à ce stade), il va donc flâner de site en site pour voir ce qu’on lui propose.

Ces termes sont tellement évidents que tout le monde, ou presque, va se positionner dessus. La concurrence est très présente, et le taux de conversion ou de fidélisation de votre visiteur, est très faible.

L’expression clé est qualifiée (zone médiane)

Un peu plus tard, internaute lambda retourne faire son marché sur le Web, mais il a déjà une idée plus précise de là où il veut aller: l’Espagne. Du coup, sa recherche ressemblera à quelque chose comme ceci: vacances en Espagne. 

longue traine: qui veut partir en vacances en Espagne?

Les vacances en Espagne ont du succès avec 110 000 requêtes et 24 millions de résultats, mais c’est moins que « partir en vacances ».

Conclusion pour l’expression clé de  la zone médiane, plus qualifiée: la demande reste relativement élevée, le trafic généré sur ces termes est bon et mieux ciblé. (Les utilisateurs qui veulent partir en Angleterre n’atterrissent techniquement pas sur ces pages.)

La concurrence est moins importante, même si elle reste conséquente. L’internaute est déjà plus attentif aux offres proposées, il ne flâne plus, il cherche le bon plan. Le taux de conversion s’améliore.

L’expression clé est très qualifiée (queue de longue traîne)

Internaute lambda sait ce qu’il veut (Ouf). Il est resté sur sa première destination: l’Espagne, mais a décidé de partir en train. Ses termes de recherche seront alors: « partir en Espagne en train« . Et c’est reparti pour un tour:

longue traine: qui veut partir en vacances en train?

Partir en Espagne en train est nettement moins populaire (210 requêtes), mais reste bien représenté dans la SERP avec 10 millions de résultats.

Conclusion pour l’expression clé de la queue de longue traîne, très qualifiée: la demande est faible, par conséquent, le trafic généré l’est aussi, mais beaucoup plus ciblé. (Les utilisateurs qui veulent partir en Espagne en avion ne vont pas s’aventurer par ici, a priori.)

La concurrence est nettement moins présente, la conversion sera plus efficace. À ce stade, l’internaute cherche à conclure le deal. Il est prêt à réserver son trajet.

En conclusion, quel bout de la longue traîne on prend?

Il faut tout prendre, chaque section correspond à une zone précise du site et à un état d’esprit de l’internaute. Un dernier schéma pour expliquer mon propos (le dernier, je vous jure).

le principe de la longue traine référencement

le principe de la longue traine appliquée à l’ensemble de votre site.

Soit:

  • l’internaute ne sait pas ce qu’il veut? Pas de problème, montrez lui l’éventail complet de vos services / produits (partir en vacances). Le mieux, c’est la page d’accueil, point de départ supposé. C’est ici que vous allez mettre vos expressions clés génériques, pour ratisser large. 
  • monsieur lambda sait +/- ce qu’il voudrait? Bien, retrouvez-le dans vos pages de second niveau, qui présentent une gamme plus restreinte d’un certain type de produits / services (vacances en Espagne). Positionnez vos expressions clés qualifiées dans cette zone-ci. 
  • le visiteur est décidé, y a plus qu’à? Génial. C’est vers vos pages internes, qui présentent un produit / service (les vacances en train) en détails, qu’il faut le renvoyer. Vous y mettez vos expressions clés très qualifiées, pour répondre à une demande précise. 

Alors, cette longue traîne, toujours aussi terrifiante? Partagez vos émotions! 


Commentaires

  1. Devilloni dit :

    Bonjour,
    Très bon article qui permet même de rappeler quelques principes de base aux professionnels du SEO ! Bravo pour le premier schéma très explicite !

    1. Merci Devilloni, j’affectionne particulièrement ce schéma, c’est un des rares (il n’est malheureusement pas de moi) qui explique concrètement les avantages et inconvénients des termes issus de la L.T. :)À très bientôt, sur nos articles respectifs!

  2. Pour les petits nouveaux, un articles limpide, pour les autres, une excellente piqûre de rappel. Merci donc, de nous avoir piqués 🙂

    1. Merci Julie pour votre commentaire, contente de savoir que j’ai réussi mon pari: rendre le concept plus accessible 😉

  3. David dit :

    Merci pour cet article qui repose bien les bases.
    Retwitté du coup :o)

    1. Bonjour David, et de rien 😉
      Merci pour le Tweet!

  4. c’est ce que je vais travailler desormais, parce que ça n’a jamais été si bien expliqué

    1. Merci Riad pour votre commentaire. Ravie de savoir que mon objectif est atteint: rendre le concept clair et compréhensible!
      Belle semaine à vous!

  5. Gael boyenval dit :

    Très clair et compréhensible pour tous ! grand merci Hélène !

    1. Bonjour Gael, merci pour votre feedback 😉

  6. franckwylliams dit :

    Bonjour Hélène,
    En fait, j’utilise la LT depuis un moment, mais le dernier aspect présenté de la sorte ne m’a jamais sauté aux yeux …
    Cependant pensez-vous qu’il faille référencer uniquement ses articles sur de la LT ou bien sur des mot clé de tête et zone médiane aussi où l’on risque d’avoir moins de facilité ?
    Amicalement

    1. Bonjour Franckywylliams,

      avant tout, merci pour votre fidélité!

      Pour répondre à votre question, je dirais que si vous positionnez vos articles sur les termes de queue de longue traîne, ils le seront aussi, normalement, pour les termes de tête et de zone médiane.

      Si vous rédigez un billet sur « Partir en Espagne en train », vous allez, normalement, utiliser des termes plus génériques tels que « vacances en Espagne » ou « Partir en vacances ». Voici un exemple (brut de décoffrage, soyez indulgent):

      Titre: Partir en Espagne en train: une bonne idée de vacances!

      Description: vous voulez partir en vacances en Espagne autrement ? Pour sortir de votre train-train, l’Espagne en train est tout indiquée !

      Bien sur, il y a un travail d’éditorialisation et un chouïa (belgicisme = un peu) de stratégie. Mais c’est rédigé sans beaucoup de réflexion préalable, et ça positionne le texte sur l’ensemble de la longue traine.
      Le plus difficile, c’est de trouver ces fameux termes de queue de LT. Tout le monde peut deviner / déduire ceux de tête et, éventuellement, de zone médiane.

      Qu’en dites-vous?

  7. franckwylliams dit :

    Bonjour Hélène
    Ce que j’en pense ; le Titre nickel on peut difficilement faire mieux.
    La description, même si elle comprend effectivement tous les mots clés de LT, je me demande si du fait qu’ils soient éparpillés, si cela ne perds pas de son efficacité…
    Pour le reste votre discours à éveillé en moi la chose suivante, je fais finalement souvent de la zone médiane et il va falloir que je creuse pour faire plus de la vraie LT.
    Merci à vous et bon week end

  8. Tony dit :

    J’aime bien votre article car il explique clairement que la longue traîne n’est pas forcément à utiliser sur toutes les pages, mais que la page d’accueil doit bien évidement continuer de se focaliser sur les mots-clés principaux.
    Après il faut réussir à trouver des stratégies qui permettent d’ajouter certains mots de vocabulaire de la très longue traîne dans les pages profonde, pour accroître le trafic. On peut envisager par exemple d’ajouter des témoignages clients. Ça permet d’ajouter un texte qui contient la richesse lexicale d’un acheteur, là où ce n’est pas toujours possible d’utiliser certains mots dans un texte promotionnel.

  9. Consollection dit :

    Bonjour, le sujet est intéressant mais voici quelques questions dont je n’ai pas trouvé de réponse :
    – Peut-on réellement modeler sa longue traine ou dont-on juste constater son allure ?
    – La longue traine dépend beaucoup de la notoriété du site et du nom de domaine. Surtout sur les expressions à un mot clé. Qu’en pensez-vous ?

    1. Merci pour votre commentaire, cependant, vous comprendrez qu’en l’état nous ne pouvons répondre à vos questions pour le moins cryptées… Mais bon, ça donnera l’occasion à quelques curieux de venir visiter votre site, et vous, cela vous fera quelques visites supplémentaires. ;D

  10. Consollection dit :

    Rien à voir Muriel Vandermeulen… je participe parce que le sujet m’intéresse.
    L’image de votre longue traine est une courbe théorique. A l’accoutumée, on fait une courbe sur le nombre de visites sur le nombre de mots par expression et non sur la quantité de recherche sur le nombre de mots par expression. Et plus généralement, la courbe est plus importante non pas sur un mot mais dès deux mots.
    Enfin, je faisais remarquer que sur les sites de marque très connus (evian, google, etc.), la longue traine est forcément écrasée par le poids de la notoriété de la marque.

    P.S. : Tu penses qu’avec ce nouveau commentaire je vais gagner encore quelques clics 🙂 ?

  11. Muriel dit :

    Consollection, je pense que, oui, vous avez gagné quelques clics, tant votre deuxième commentaire m’est beaucoup plus clair et éclaire le premier. Et on ne se soucie plus du coup de tomber sur un site de jeux vidéos en cliquant sur votre avatar (allez encore quelques clics de plus).

    Vous aurez remarqué sans conteste que nos articles sont rédigés par des rédacteurs Web, des jongleurs de l’éditorial, des manipulateurs de sens, des ninjas de l’écrit Web… D’où ce côté parfois très orienté éditorial dans nos propos.

    Ainsi, quand nous concevons un projet d’animation éditoriale, nous savons que nous sommes sur la notoriété plus que sur la conversion. Dè lors, lorsque nous établissons un positionnement éditorial, la longue traîne nous aide beaucoup à identifier les rubriques, les sous-rubriques puis les sujets plus précis que nous pourrons traiter dans nos dispositifs en vue d’intégrer un retour sur attention dans le contrat de lecture. D’où cet aspect théorique nous est utile également, dans une approche de planification. Il s’agit au final, pour répondre du coup à votre question, à la fois de constater son allure en amont pour pouvoir la modeler en aval, grâce à un calendrier éditorial organique.

    Oui, vous avez raison: la longue traîne est toujours conditionnée par la tête et le torse sur des sites de grande notoriété. Ce n’est pas pour rien que lorsqu’ils veulent se positionner sur la queue de la longue traîne, ils montent un blog séparé, sous un autre nom, voire même en marque blanche ou grise.

  12. Consollection dit :

    « Constater son allure en amont pour pouvoir la modeler en aval » : Effectivement c’est une approche que je ne connaissais pas mais qui prend tout de suie son sens.

  13. stephan dit :

    Très intéressant cet article, merci pour les conseils. Le principe des mots clés à longues traine est vraiment efficace pour le référencement naturel.

  14. Greg dit :

    Bonjour,

    Merci pour cet article. (Vous etes à ce jour le 2e lien dans Qwant, lorsque j’utilise « tête de traîne » en recherche :o)

    Ma question :
    Où préciser « ces expressions clés génériques pour ratisser large », quand on dispose d’un blog comme par exemple blog.trucmuche.com, avec une interface de gestion en ligne ?

    D’avance merci.

    1. Bonjour Greg. Pouvez-vous préciser votre question? Que voulez-vous dire par « interface de gestion en ligne »? Je vous renvoie déjà vers notre dossier Référencement éditorial, où vous trouverez de nombreuses réponses à vos questions: https://www.ecrirepourleweb.com/dossiers/referencement-editorial/

      1. Greg dit :

        J’entends par là, que je ne sais pas ou mettre « ces expressions clés génériques » dans mon blog, geré par une Interface en ligne. (en gros je passe par une interface en ligne, fournie par l’hebergeur de mon blog, pour mettre du contenu)
        Je cherche donc « la zone » dans laquelle mettre ces expressions clés. Est ce dans le contenu d’un article ? S’agit il de mots clefs, ou de code à rajouter dans le HTML ?

        Merci, en attendant je vais étudier le lien que vous m’avez fourni.

        1. Je vois! Vous trouverez certainement des réponses dans notre dossier. Où encore dans l’ouvrage que j’ai réédité en 2014, en vente dans notre boutique. J’y explique où placer les mots-clés dans un texte destiné à être publié dans un CMS. https://www.ecrirepourleweb.com/boutique/ebooks/ebook-strategie-de-contenu-web/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez chroniqueur

Vous souhaitez devenir chroniqueur ou nous soumettre un article? Rien de plus simple.

Ça m'intéresse

#EPW sur Twitter

#EPW sur Facebook

À propos

Votre blog Écrire pour le web en chiffres
  • Plus de 25.000 sessions par mois
  • Plus de 35.000 pages vue chaque mois
  • 1500 abonnés à la newsletter
  • Créé en 2006
  • 1e position dans Google sur des expressions métier
En savoir plus