Comportement de lecture à l'écran

Le comportement de lecture à l’écran diffère de celui sur papier. L’internaute survole, clique. S’il ne trouve pas illico ce qu’il cherche, il s’en va.

Le comportement de lecture peut être étudié au moyens d’outils accessibles, faciles d’utilisation. Adapter les contenus à ce comportement contribue à l’expérience utilisateur.

La concision est de mise. Allez au but, ne perdez pas de temps en conjectures. Soyez utile, rédigez clairement, clarifiez votre message.

1. Comportement de lecture et sens du discours

Le comportement de lecture à l’écran est différent de celui adopté sur le papier. Allez droit au but. L’utilisateur est impatient et cultive l’art du zapping. S’il n’est pas contenté immédiatement, avec l’information qu’il recherche, il passe à autre chose.

Le lecteur balaie d’abord les premiers mots du début d’un texte pour déterminer si celui-ci est digne d’intérêt. Ce n’est pas grand chose pour le convaincre, quelques mots. Misez sur cette entrée en matière. Pour donner au visiteur une réponse à ses besoins. Vous aurez le temps de développer votre propos par la suite.

2. Écrivez pour des yeux

Le verbe « lire » se pratique aussi sur le web. La méthode de lecture à l’écran fonctionne comme suit :

  • l’oeil humain scanne la page
  • il analyse la structure des informations
  • il passe en revue la forme générale
  • il s’attaque aux composants « saillants »
  • il bascule en mode « lecture » s’il est satisfait

Respectez nos bons usages de la typographie et de l’ergonomie : un fond Mickey avec une écriture «comic» en rose italique n’aidera certainement pas à fidéliser votre lectorat !

3. Parlez le langage du web

Pour communiquer sur le web, il faut parler le langage du web ! Et aussi : moteurs de recherche. Ceux-ci vous donneront les mots recherchés des internautes… Et ils vous récompenseront si vous les utilisez dans vos contenus. Sachez également qu’ils favorisent les expressions « enrichies » de balises.

En termes de référencement, vous gagnez à baliser vos textes : répétez les mots-clés, mettez-les dans vos intertitres, en gras, dans des listes à puces, dans vos paragraphes, … Mais sans exagérer.
Exploitez aussi des richesses de la langue française en variant les adjectifs, verbes, synonymes. Vous gagnez en visibilité et en positionnement dans les moteurs de recherche.

4. Soyez concis

Le web est par essence le média de l’interactivité. Votre lectorat navigue d’un point à l’autre de la Toile et peut, en deux clics, tomber sur la réponse à son interrogation sur une centaine de sites différents.

La concision est de mise. Allez au but, ne perdez pas de temps en conjectures. Soyez utile, rédigez clairement, clarifiez votre message. Vous devez proposer des réponses courtes et précises.
Identifiez le marché qui vous caractérise le mieux et positionnez-vous sur les valeurs, atouts qui vous feront gagner des clients. Une simple recherche Google avec vos mots clés peut vous renseigner sur ce qui existe … et sur les espaces que vous pouvez investir, les manques que vous pouvez combler.

5. Apprenez à connaître vos lecteurs

Quelle est votre cible ? Qui peut être intéressé par ce que vous produisez ? Si vous vendez des recettes de cuisine, vous devez savoir à qui vous vous adressez : à la femme au foyer qui a du temps, à la mère de famille pressée, ou à l’étudiant sans le sou ?Votre « recette de pâtes et lasagnes faciles» n’aura pas le même lectorat que les « macarons lavande et vodka».
Définissez précisément pour qui vous produisez du contenu : qui sont vos (groupes de) lecteurs ? Votre projet éditorial tiendra la route si ces lecteurs se sentent interpellés.
Faites des études, des analyses, des interviews de clients acquis ou de stricts inconnus. Comparez les résultats des attentes de chacun et définissez votre ligne éditoriale en fonction de la segmentation obtenue.

6. Posez les bonnes questions

Posez-vous les questions suivantes : pour quoi, pour qui, quoi, quand, comment et où ? Si ces questions sont sans réponses précises pour définir votre ligne éditoriale et et ses contenus, vous risquez d’être confus pour votre lectorat. Engagez-vous dans des objectifs clairs et précis. N’abusez pas de la «bonne volonté du débutant» – foncer à travers tout sans structure éditoriale et manquer de vision pour son contenu – vous serait dommageable. La fidélisation est précieuse mais extrêmement volatile. Un site qui perd de sa valeur ajoutée en termes de contenu est vite déserté.

7. Contextualisez votre propos

Le web n’est pas «un», il est multiple. Vous n’écrivez pas de la même manière sur un site personnel ou professionnel, sur une page Facebook, sur votre profil LinkedIn ou en envoyant un Tweet. Tous ces supports en ligne ont des codes et des audiences propres : un copier/coller de l’un à l’autre n’est pas suffisant. Adaptez, mettez en contexte ce que vous avez à dire. Pensez à votre palette éditoriale : déterminez les canaux dans lesquels vous évoluez et ceux que vous voulez activer. Rédiger une newsletter n’est pas la même chose que de créer un article de blog. Le comportement de lecture sera aussi différent selon le support.

8. Placez du contenu à valeur ajoutée

On ne vend pas du poisson sur le web : on vend du saumon d’élevage qui a grandi en Norvège et qui contient 5,3% en plus d’Oméga 3 que les autres saumons du marché ! Vous rédigez pour des gens qui ont un profil, des besoins, et qui se posent des questions. Le comportement de lecture à l’écran c’est aussi une attitude volontaire, une recherche d’une information utile, utilisable.

À vous de leur donner une réponse précise, rapidement et de manière intuitive en un tour de clic Ne jouez pas avec votre audience. Les internautes comparent les informations et exigent un contenu qui répond intelligemment à leurs attentes. Une information légère ou erronée mise en ligne et c’est la catastrophe !
Ne soyez pas qu’une vitrine de vos produits ou services : montrez, l’historique, les bienfaits et les avantages de vos produits.

9. Suivez le guide

Créez des gabarits adaptés au comportement de lecture à l’écran. Prévoyez des champs pour le titre de page, les sous-titres, le chapô, les paragraphes, etc.

Usez des bienfaits de l’hypertexte pour mettre en exergue votre contenu. Variez la mise en page selon que vos pages soient des pages produits, des landing pages, des pages d’infos, mais en gardant une cohérence globale dans la présentation et l’ergonomie.

Créez des gabarits qui familiarisent le lecteur à votre style au gré des pages consultées et qui lui permette d’identifier immédiatement la partie du site dans laquelle il se trouve.

10. Rédigez pour faire du clic

Appliquez la méthode AIDA pour vous aider à écrire : stimulez l’attention, créez de l’intérêt par rapport à vos contenus, suscitez du désir, et donnez l’impulsion définitive en plaçant un appel à l’action qui dirige votre lecteur vers l’écran d’achat ou de conversion. Votre tunnel de l’attention ( AIDA ) doit user de finesse et d’intelligence. Comme évoqué plus haut, les internautes ne sont pas dupes : ils sont en quête d’information. C’est à vous de leur donner l’impression que votre site offre une meilleure réponse que celui du voisin.

Et vous quels sont vos trucs pour adapter vos textes au comportement de lecture à l’écran?

 


Devenez chroniqueur

Vous souhaitez devenir chroniqueur ou nous soumettre un article? Rien de plus simple.

Ça m'intéresse

#EPW sur Twitter

#EPW sur Facebook

À propos

Votre blog Écrire pour le web en chiffres
  • Plus de 25.000 sessions par mois
  • Plus de 35.000 pages vue chaque mois
  • 1500 abonnés à la newsletter
  • Créé en 2006
  • 1e position dans Google sur des expressions métier
En savoir plus